Le refrain est pourtant connu. Sur fond de polémique, l’ouvreur irlandais Jonathan Sexton, victime d’une commotion cérébrale face aux Gallois, ne sera finalement pas aligné face au XV de France ce dimanche à Dublin. Et double coup du sort, Conor Murray, son compère de la charnière irlandaise sera aussi absent. L’incontournable charnière Murray-Sexton ne sera pas sur le terrain. Les deux joueurs sont remplacés par Jamison Gibson-Park et Billy Burns. Le capitaine Sexton, n’a pas satisfait au protocole commotion pour un retour à la compétition. Quant à Murray, il s’est blessé à une cuisse à l’entraînement.

Jeremy Davidson, ancien joueur irlandais et entraîneur des avants de Brive commente la situation : “On ne nie plus le jeu au pied chirurgical de Conor Murray et je m’inquiète pour la santé de Sexton. Cela fait une dizaine de commotions pour l’ouvreur irlandais. Il a 35 ans et ces faits sont récurrents. Qu’est-ce qui est plus important, risquer de le changer ou prendre des risques sur l’individu ?”

Billy Burns, l’ouvreur qui avait remplacé Sexton, avait manqué son coup de pied en fin de match, privant l’Irlande d’une cartouche…

In fine, les propos du neurochirurgien Jean Chazal, expert national de la fédé française dans le dossier des commotions est clair : “J’ai vu les images en direct. Pour le choc de Sexton, il est assez clair : c’est un coup de genou en région pariétale. Sexton tombe comme boxeur. Ses gestes sont saccadés. Il y a tous les signes d’une commotion cérébrale. Si Sexton avait dû jouer ce week-end, ce serait une faillite du système, qui l’autoriserait à se mettre en danger. World rugby devrait avoir un comité d’experts. Des médecins qui maîtrisent et contrôlent les risques et qui devraient avoir le pouvoir d’interdire à un joueur de jouer. Aujourd’hui ce n’est pas le cas.”