En match de clôture du Tournoi, la France accueille l’Écosse au Stade de France pour tenter de s’adjuger l’édition 2021 du Six Nations.

L’énoncé du problème est simple pour les Bleus (15 points) : inscrire au moins quatre essais (synonyme de points de bonus offensif) et s’imposer de plus de 20 points pour coiffer in extremis le pays de Galles (20 points). La partie de poker entre les deux entraîneurs a commencé début de semaine pour tenter de déstabiliser l’adversaire. Contraints par les blessures ou par choix tactique, les sélectionneurs ont substantiellement modifié leurs quinze de départ : Fabien Galthié a procédé à cinq changements, tandis que Greg Townsend en a effectué quatre.

Du côté des Tricolores, on est évidemment conscient de l’ampleur de la tâche qui les attend pour remporter le Tournoi mais on ne compte pas se lancer aveuglément à l’assaut de l’en-but écossais. On se dirige plutôt vers une stratégie qui consistera à défendre de manière stricte, pour avoir le moins de points possible à marquer face à la meilleure défense du Tournoi. Et pour ce faire, le staff des Bleus a choisi de renouveler sa confiance aux joueurs qui ont submergé les Gallois lors des vingt dernières minutes.

"On mise sur notre expérience collective, et l’expérience collective de ces vingt dernières minutes face au pays de Galles est très forte, confirmait Galthié. Faire face dans un premier temps, avant de lâcher le frein à main en fin de match, avec l’apport des impacts players."

Depuis l’échec cuisant du XV du Chardon lors du Mondial 2018, le staff s’est entouré de nouvelles têtes, dont celle du technicien gallois Steve Tandy. Son impact a été immédiat.

L’Écosse a retrouvé du piquant en défense dès le Tournoi 2020 : elle n’a encaissé que 59 points et cinq essais en cinq matchs, avec le plus haut taux de plaquages réussis (92,5 %). Le XV de France a eu à deux reprises l’occasion d’apprécier leurs progrès défensifs depuis le Mondial : lors de son seul revers dans le Tournoi l’an dernier (28-17), puis en Coupe d’automne des Nations pour une victoire (22-15) ponctuée d’un seul essai des Bleus.