La Nouvelle-Zélande a fait un pas supplémentaire vers les quarts de finale de la Coupe du monde de rugby en surclassant la Namibie, accrocheuse en première période, 71 à 9 (mi-temps: 24-9) dimanche à Tokyo.

Un succès largement bonifié - 11 essais! - qui permet aux doubles champion du monde en titre de reprendre les commandes de la poule B avec 14 points. Mais ils ne pourront pas se permettre un faux-pas contre l'Italie (10 points) samedi (6h45) à Toyota.


Les All Blacks, vainqueurs de tous leurs matches de poules depuis la création de l'épreuve en 1987, doivent en effet encore battre l'Italie - ils peuvent se contenter d'un match nul ou d'une défaite simple avec bonus défensif - pour assurer leur qualification. Quatre jours après la démonstration face au Canada (63-0), les Neo-Zélandais n'ont pas dû forcer leur talent pour battre les Welwitschias namibiens. Mais ils ont peiné pendant une bonne demi-heure, ne prenant le large qu'à la pause avec l'essai du bonus signé Ben Smith (40e+4, 24-9). Les supporters japonais, largement majoritaires dans le stade (50.000 personnes), étaient venus pour soutenir les All Blacks dont ils raffolent. Même sous le charme du haka, ils ont toutefois aussi pris partie pour le Petit Poucet namibien, toujours à la recherche de sa première victoire en six participations dans un Mondial. Le coach gallois des namibiens Phil Davies, ravi lorsque son équipe a ouvert la marque après une faute défensive d'Anton Lienert-Brown (0-3, 3e), aurait sûrement signé pour un tel match, même si ses joueurs ont fait au final moins bien qu'en 2015 (défaite 58-14) contre les Blacks. "Le score est lourd à la fin, mais on peut vraiment être fiers de notre performance, notamment en première période", a-t-il dit. (