La foulée un peu moins fluide, le visage laissant apparaître quelques signes de fatigue. C’est dans la dernière ligne droite de sa tentative de record du monde sur 100 km route que l’Américain Jim Walmsley a perdu les précieuses secondes qui ont fait la différence.

Jim Walmsley, qui s’alignait sur cette distance dans le cadre du Projet Carbon X2, épreuve montée par l’équipementier Hoka One One, n’a pu battre la performance du Japonais Nao Kazami (6h09.14, en 2018). Il lui aura manqué à peine… 12 secondes, finissant en 6h09.26 et décrochant néanmoins au passage le record des États-Unis de Max King qui était de 6h27 après un effort à plus de 16,2 km/h de moyenne !

"Battre le record américain de Max King me rendrait déjà heureux et je serais ravi de rejoindre le club des athlètes ayant réussi à passer sous les 6h20. Mais je ne me cache pas pour autant. Je suis plutôt confiant quant à mes chances de pouvoir taquiner le record de Nao Kazami", nous avait confié Jim Walmsley avant son défi.


Le spécialiste de l'ultra-trail, déjà détenteur depuis 2019 du record sur 50 miles lors d'une première tentative pour aller chercher le record sur 100 km voici un an, était pourtant bien parti, détenant toujours 1 minute et 56 secondes d'avance sur le temps de passage du record après 85 km dans sa tentative réalisée dans la région de Phoenix, en Arizona. Touché à l'épaule gauche après avoir heurté un objet en cours de parcours, Jim Walmsley a cédé du terrain sur la fin, surtout dans les 5 derniers kilomètres, pour finalement passer à quelques secondes de son objectif.

Après avoir levé les bras au ciel pour ce qui reste une énorme performance, le lauréat et recordman de la Western States 2018 s'est rapidement assis sur une chaise, la tête dans les mains, réalisant être passé de très près à côté de l'exploit.

Chez les dames, c'est la Française Audrey Tanguy qui a terminé première en 7h40,36, sans pour autant décrocher le record de France.