Ne t’arrête pas de courir: la vie extravagante d’un athlète d’exception et d'un voleur compulsif

Mathieu Palain est un jeune auteur français. En ce début d’année, il a sorti un livre tout à fait extraordinaire sur la vie de l’athlète Toumany Coulibaly, un surdoué de la course à pied mais aussi un redoutable voleur. Il s’intitule: Ne t’arrête pas de courir (éd. L’Iconoclaste).

Igor Risbane ("Zatopek Magazine")
Ne t’arrête pas de courir: la vie extravagante d’un athlète d’exception et d'un voleur compulsif
©BELGA

Dans le numéro 61 du magazine Zatopek, actuellement en kiosque, on découvre une interview passionnante de l'écrivain Mathieu Palain qui, dans son dernier bouquin, raconte la vie extravagante d'un jeune homme qui était à la fois un athlète d'exception et un voleur compulsif.

Dans la même journée, il pouvait ainsi remporter un titre de champion de France de 400 mètres dans l'après-midi et, le soir venu, braquer une boutique de luxe ou une pharmacie. Comment fait-on pour passer d'une activité à l'autre avec autant de détachement? Cette question turlupinait Mathieu Palain qui s'est arrangé pour rencontrer Coulibaly à la prison. Au fil des visites au parloir, une relation d'amitié s'est nouée entre les deux hommes. De cette amitié est né un livre intitulé Ne t'arrête pas de courir récemment récompensé du prix Interallié.

Ne t’arrête pas de courir: la vie extravagante d’un athlète d’exception et d'un voleur compulsif
©L'Iconoclaste


Les mains qui volent

L'histoire de Toumany Coulibaly est proprement incroyable. Dans l'enfance, il découvre l'ivresse que procure le vol dans les magasins et il devient "accro" à cette habitude, comme on peut l'être aussi à une drogue.

Lorsqu'il se sait sous l'œil des caméras de surveillance et donc forcé d'agir vite puis de s'éclipser sans laisser de trace, il ressent de grosses bouffées d'adrénaline qui le pousseront plus tard à recommencer, puis à recommencer encore et encore. Fataliste, sa mère dit de lui: "il a les mains qui volent". Comme s'il s'agissait d'un sortilège. Pour définir ce même comportement, les psychologues parleront plutôt de kleptomanie: voler pour le plaisir de voler.

Ne t’arrête pas de courir: la vie extravagante d’un athlète d’exception et d'un voleur compulsif
©BELGA

Au début, l'objet du larcin importe peu. Toumany s'est déjà fait prendre pour vol de brosses à dents! Ensuite, ses besoins iront croissant et il s'engagera dans des casses de plus en plus ambitieux. Ce livre Ne t'arrête pas de courir retrace son itinéraire, notamment l'histoire de la famille très nombreuse dans laquelle il voit le jour. Originaire du Mali, son père est marié à deux femmes: Bintou et Mina (la maman de Toumany) qui, à elles deux, élèvent 18 enfants. Tout le monde vit sous le même toit avec le salaire du papa qui travaille à la fois comme éboueur pour la Ville de Paris et comme sacrificateur dans un abattoir selon les rites de la religion musulmane. Ce deuxième boulot permet que tout le monde mange à sa faim.

Mais tous ces enfants ne peuvent évidemment pas compter sur de l’argent de poche. Très jeune, Toumany se met donc à voler ce qui lui fait envie et à distribuer aussi des cadeaux autour de lui. Aux autres enfants de sa classe, il a l’habitude de distribuer des CD, par exemple. Au début, ses motivations ne sont pas vraiment pécuniaires. Le vol est plutôt un moyen de trouver sa place, de se faire accepter par la communauté. Toumany veut qu’on l’aime, qu’on l’admire. Ses motivations évolueront au fil des années et de son changement de statut lorsqu’il accède au sport d’élite. Un peu naïvement, il croyait qu’en faisant partie de l’élite sportive, il serait enfin dégagé de tout souci financier.

Condamné en 2009

Ce n’est pas le cas. L’athlétisme permet de voyager, de faire des rencontres, d’acquérir de la notoriété certes. Mais rares sont ceux qui gagnent leur vie avec ce sport. Alors, Toumany persévère dans le brigandage, comptant sur sa rapidité à la course pour s’échapper en cas de problème. Parfois, cela ne suffit pas. Toumany Coulibaly sera finalement arrêté et, en 2009, condamné à une peine de prison qui court normalement jusqu’en octobre 2023.

Le casier sportif de Coulibaly n’est finalement riche que d’un titre de champion de France indoor sur 400 mètres en 2015 et de deux médailles aux Jeux de la Francophonie organisés à Nice en 2013: l’argent sur 400 mètres individuel et l’or sur 4 x 400 mètres (avec Mamoudou Hanne, Yoann Décimus et Angel Chelala).

Itinéraire d’un surdoué du sport

L’histoire de Toumany Coulibaly est celle d’un surdoué de la course à pied. Tout petit déjà, il affichait de formidables dispositions athlétiques. Il aurait pu commencer sa carrière plus tôt. Mais sa mère se méfiait du sport, persuadée que les efforts physiques étaient mauvais pour le cœur. De ce fait, il ne s’est consacré à l’athlétisme qu’à partir de l’âge de 20 ans.

Ne t’arrête pas de courir: la vie extravagante d’un athlète d’exception et d'un voleur compulsif
©BELGA

Dès ses premières courses, Coulibaly donnait du fil à retordre aux meilleurs. En 2012, il boucle un 400 mètres en 45 secondes et 74 centièmes, ce qui le place parmi les meilleurs athlètes de sa génération. Avec un peu plus de constance et de rigueur aux entraînements, il aurait certainement pu aller plus vite encore. Le sort en a décidé autrement.

Aujourd’hui, il aimerait bien rattraper le temps perdu et peut-être même, après sa sortie de prison, décrocher sa qualification pour le 400 mètres des Jeux de Paris 2024.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be