Maximilien Drion veut se mêler à la lutte avec les meilleurs sur Sierre-Zinal: "Quand j’ouvre les rideaux de ma chambre, je vois la moitié du parcours"

Sierre-Zinal, dont la 49e édition a lieu ce samedi, est l’objectif de la saison du Belge, champion d’Europe de trail.

Eric Verschueren

Sierre-Zinal est la madeleine de Proust de Maximilien Drion, Belge de 24 ans également spécialiste du ski-alpinisme qui a frappé les esprits, début juillet, en devenant champion d’Europe de trail en Espagne.

"Quand mes parents sont venus s'installer à Vercorin en 2008, on a de suite senti que le val d'Anniviers vibrait pour cette course", explique le champion de Belgique en titre. "Des drapeaux flottaient partout le jour J, il y avait des autocollants sur plein de voitures… Un gros engouement qui m'a vite contaminé. Chaque matin, lorsque j'ouvre les rideaux de ma chambre, je vois la moitié du parcours. Je l'ai courue quatre fois chez les juniors à partir de Chandolin et ce sera ce samedi ma quatrième participation sur le vrai parcours. Oui, vraiment, c'est une course qui me tient à cœur. Je connais presque chaque pierre, chaque racine du tracé. C'est peu dire qu'il s'agit pour moi de l'objectif trail de l'année."

De son propre aveu, il n’a jamais réussi à faire aussi bien que ce qu’il voulait sur ce parcours. Son chrono-référence est bloqué sur 2h48 (NdlR : c’était l’an dernier, alors que Kilian Jornet enlevait sa neuvième victoire en 2h31).

"Je pense avoir beaucoup appris de mes erreurs de 2021", ajoute le porte-drapeau du trail belge. "Surtout, la distance me fait moins peur. Depuis, j'ai en effet couru sur plus long, notamment avec ma victoire aux championnats d'Europe sur 46 km voici quelques semaines, qui m'a donné de la confiance sur mes capacités à m'aligner sur ce type de distances. Là, je me sens vraiment bien. Et c'est obligatoire d'être au top sur une course plus relevée que n'importe quel championnat d'Europe ou du monde de trail. Le plateau est incroyable chaque année et ce sera encore le cas cette fois-ci avec Kilian une nouvelle fois présent et plein d'autres prétendants…"

Et d’écarter les doutes émis quant à ses capacités à tenir un effort rapide sur du plat.

"Je n’ai pas de références sur 10 km. Mais, deux semaines avant la course, j’ai enchaîné des séries de trois minutes à 20 km/h. Cela, plus des chronos déjà réalisés sur des joggings de 7 500 m ou de 8 km, me donne à penser que je vaux autour de 30.10-30.30 sur 10 km. Qui plus est sans un vrai entraînement pour ce type d’exercice, fort différent de ce que je fais principalement…"


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be