Running

Marc Badart vit depuis 15 ans à Genève. Mais comme depuis la première édition en 1980, il sera au départ ce dimanche.

Marc Badart, 63 ans, est l’un des ces 49 rescapés de la première édition des 20 Km Bruxelles. Comme ses compères, il ne lui viendrait pas à l’idée de rater le rendez-vous de ce dimanche qui marquera sa 40e participation sur le bitume bruxellois.

Sauf que ce directeur d’une bijouterie habite en Suisse, à Genève plus particulièrement, depuis quinze ans. Soit à 800 km de Bruxelles. Ce qui fait de lui le coureur le plus éloigné parmi les « vétérans » de la première heure.

« Chaque année, malgré la distance, je reviens à Bruxelles pour les 20 Km », nous confie celui qui, en Suisse, est très actif dans le milieu du running et qui contribue notamment à l’organisation de cinq courses. « Et je ne compte pas m’arrêter. Désormais, l’objectif est d’arriver à 50 éditions. Mais jamais je n’aurais penser afficher une telle fidélité aux 20 Km quand j’ai pris le départ, un peu par hasard alors que j’étais plutôt un joueur de hockey, à la première édition. J’avais déjà accueilli le cap des dix ans comme un bel exploit. » (rires)

Á 40 ans à Bruxelles depuis la Suisse!

Et Marc Badart ne sera pas seul ce week-end à rejoindre Bruxelles depuis la Suisse. Dans ses valises, il emporte… 39 compagnons, tel un symbole. «Nous sommes quarante. C’est une coïncidence, mais une belle coïncidence pour cette édition anniversaire. Nous sommes un bande d’amis qui partageons la passion de la course à pied. L’enthousiasme est communicatif et tous ont hâte de découvrir Bruxelles et ses 20 Km. »

© dr