Les plus grands marathons de la planète sont au menu de ce début d'automne. De Berlin ce dimanche jusqu'à New York le 7 novembre, ils s'enchaîneront, avec également Londres le 3 octobre, Boston le 11 octobre ou encore Amsterdam et Paris le 17 octobre. Celui de Bruxelles, plus modeste, a lui choisi de faire l'impasse cette année.

Si cela inévitablement pour conséquence une dilution du plateau des élites présentes sur ces rendez-vous, les regards seront néanmoins tournés vers Berlin ce dimanche où l'Ethiopien Kenenisa Bekele veut se mesurer au record du monde sur un parcours réputé ultra-rapide, là où les trois derniers records du monde sur 42,195 km ont été battus. L'Ethiopien a d'ailleurs réalisé la deuxième meilleure performance de tous les temps à Berlin en 2019, échouant de deux secondes derrière la performance d'Eliud Kipchoge (2h01.41 pour un record à 2h01.39). Il s'agit pour Bekele d'un retour à la compétition, après deux ans sans course.

"J’ai hâte de recourir à Berlin, mon épreuve préférée", indique celui qui a prévu de s'aligner à New York seulement 42 jours après sa tentative à Berlin. "J’ai couru deux fois ici dans un temps très rapide mais j’ai à chaque fois échoué à quelques secondes du record du monde. Je repense souvent à 2019. Mon esprit n'était pas prêt à battre ce record avant la course. Si cela avait été le cas, ce record serait à moi actuellement. Je ne veux pas rester sur cet échec. Dimanche, je ne ferai pas la même erreur."