C’est le pionnier des marathons - organisé depuis 1897 -, celui qui a ouvert la voie. Et le plus compétitif, aussi. On ne peut d’ailleurs s’y qualifier que via un temps de référence réalisé lors des 18 mois précédents. Et les minima exigés par Boston sont sévères : 3 h 05 pour les hommes entre 18 et 34 ans, et 5 à 10 minutes en plus par tranche d’âge jusque 60 ans - ajoutez 30 minutes pour les femmes. Des minima qui deviennent même plus sévères quand il y a trop de demandes d’inscription. Bref, décrocher son visa pour Boston n’est pas aisé - sauf si on s’offre un dossard "caritatif" en acceptant de contribuer à des œuvres, ce qui a un prix plutôt élevé (quelque 5 000 dollars).

Le marathon de Boston est sans doute le plus prestigieux des "World Marathon Majors", compétition regroupant six marathons majeurs (Tokyo, Londres, Boston, Berlin, Chicago et New York) considérées comme les "must" de la discipline. À savoir, toutefois : ce n’est pas à Boston que les meilleurs coureurs pourront essayer de battre le record du monde la discipline, les règles de validation d’un tel record interdisant d’avoir une arrivée située à une altitude moins élevée que celle du départ.

Si le marathon de Boston est légendaire, il a connu toutefois des heures tragiques : le 15 avril 2013, lors de sa 117e édition, deux bombes explosent près de la ligne d’arrivée, deux heures après le passage du vainqueur. Elles causeront la mort de trois personnes et feront 264 blessés.

Les coureurs de Russie ou Biélorussie interdits

Les coureurs en provenance de Russie ou de Biélorussie ne seront pas autorisés à participer au marathon de Boston le 18 avril en raison de l’invasion de l’Ukraine, ont annoncé récemment les organisateurs. Cette interdiction concerne les coureurs résidant en Russie ou Biélorussie, tandis que les expatriés d’origine russe ou biélorusse pourront, eux, prendre part à la course à condition qu’ils ne portent pas les couleurs de leur pays d’origine, a précisé la Boston Athletic Association.

"N ous croyons que la course à pied est un sport mondial, et en tant que tel, nous devons faire ce que nous pouvons pour montrer notre soutien au peuple ukrainien", a déclaré Tom Grilk, directeur général de la Boston Athletic Association, ajoutant que les organisateurs ont été "horrifiés et indignés" par les reportages et les images montrant ce qui se passe en Ukraine.

Le marathon de Boston, annulé en 2020 puis organisé en octobre en 2021 avec un nombre restreint de participants inférieur en raison du Covid-19, revient cette année à son calendrier (le troisième lundi d’avril, Patriots Day aux États-Unis) et retrouve son format habituel.