Running Le coureur de Herve est en tête du Challenge avant la Châtelettaine ce dimanche.

Ce dimanche a lieu la Châtelettaine, 22e édition. Septième étape du Delhalle, cette course représente également le passage dans la deuxième partie du challenge.

Pour le moment, c’est un coureur inédit qui mène le bal. Julien Dethier, citoyen de Xhendelesse affilié au club de Herve où il est entraîné par Stéphane Dmyterko, n’était pas vraiment un habitué avant 2019. "Avant cette année, je n’avais disputé qu’une course du Delhalle : Erpent", nous explique-t-il. "C’était il y a déjà très longtemps. Cela avait été une édition très boueuse et où j’avais été très loin dans le classement. Vraiment un mauvais souvenir…"

Pour cette édition 2019, le gaillard de 26 ans s’est bien mis en position "focus" sur le challenge, prenant part aux six premiers rendez-vous. Bilan : 2 victoires (15 km de Charleroi et le semi de Butgenbach), une 2e place, deux 2es et une 6e. Avec tous ces bons placements, le voilà en train d’occuper une place en tête du général, devant le triathlète Nicolas D’Arveng

"À la base, comme beaucoup, j’ai démarré sur le jogging", rappelle-t-il. "J’ai toujours préféré cela à la piste, même si j’y vais sans rechigner. Comme joggeur, le Delhalle m’a toujours parlé. Ce sont de belles courses. Et lorsque l’on regarde en arrière, on voit que de grands noms se sont imposés. Cela compte dans le monde de la course à pied d’inscrire une victoire sur le Delhalle à son palmarès. Je me suis donc fixé comme objectif la victoire finale. Autre point positif de ce challenge : il faut peu de courses pour figurer au classement (5 meilleurs résultats sur 13 possibles). On n’est donc pas obligé de mettre l’entièreté de sa saison dessus."

Pour réussir pareils résultats, il est clair que Dethier ne vient pas de nulle part. Son premier coup d’éclat date de 2015, avec une victoire aux 4 Cimes du Pays de Herve, une course où il compte désormais trois montées sur le podium en 5 participations. Et puis, aussi, et peut-être surtout, l’automne dernier, pour sa première tentative sur la distance, il a réussi un excellent 2h26’57 au marathon d’Amsterdam. Si l’on jette un coup d’œil sur les statistiques, il fait partie du top 15 belge 2018 sur la distance.

"Je ne m’étais jamais senti en difficulté lors de ce baptême sur la distance", se rappelle-t-il. "Bon, OK, les 10 derniers kilomètres, on sent qu’on n’est pas dans le même état de forme qu’au départ. C’est là qu’il faut tenir. Et j’ai tenu…"

Du coup, Dethier envisage de remettre son ouvrage "marathon" sur le métier cet automne. "On est en train d’essayer de monter ça avec d’autres coureurs du club", révèle-t-il. "J’espère que cela sera à Francfort, pour ma part…"