Running L’historique challenge francophone de course nature fait sa rentrée ce samedi avec la Printanière.


Voici plus de 35 ans que le Challenge Delhalle rythme les foulées des passionnés de course à pied au sud du pays. Véritable pilier de la course nature en Belgique depuis sa naissance en 1983, il se distingue de la plupart des challenges en ne se focalisant pas sur une région en particulier. Au Delhalle, on jure plutôt par une organisation de qualité et des parcours nature, nés d’une vision de la course qui a vu le jour bien avant l’éclosion populaire du trail. Bref, des courses organisées par des coureurs pour des coureurs, comme le clame le slogan fondateur.

Une tradition qui se perpétue et qui entamera son année 2019 ce samedi par la Printanière, traditionnelle épreuve de rentrée à Erpent organisée par Alain Antoine, également à la tête du Challenge Delhalle.


Alain Antoine, peut-on toujours aujourd’hui résumer le Delhalle à son slogan fondateur : des courses organisées par des coureurs pour des coureurs ?

"C’est toujours vrai ! Cela signifie que les organisateurs de nos courses font partie des pelotons de coureurs habituellement. Ce sont des gens du milieu de la course à pied et qui sont donc attentifs aux désirs des participants, que ceux-ci finissent premiers ou derniers. Notre but n’est pas, comme on peut le trouver ailleurs, d’obtenir un retour financier, mais bien de proposer à une communauté de personnes qui aiment la course nature des tracés de qualité, tout en assurant une excellente organisation."

Près de 40 % de vos participants sont, hommes et femmes compris, des vétérans 2 (nés entre 1960 et 1969). Le Delhalle est donc très populaire auprès d’un public plus expérimenté. Que vous inspire ce constat ?

"Les coureurs plus âgés restent dans une logique de challenge, là où les jeunes vont plus là où ils ont envie d’aller selon leur humeur. Ils papillonnent plus et semblent moins enclins à faire des kilomètres pour suivre. Dans l’absolu, la logique voudrait que ce soit des coureurs seniors (nés entre 1980 et 1999) qui s’imposent chaque année. Or, on constate que le succès revient généralement à des vétérans 1…"

Vous avez des solutions pour attirer ce nouveau public, venu à la course à pied voici peu ?

"Il est clair que nous devons aussi fidéliser le jeune public. Nous avons notamment une réflexion sur les distances que nous proposons. Chez nous, elles sont relativement longues par rapport à ce qu’on peut trouver ailleurs. La plupart de nos rendez-vous proposent d’ailleurs désormais une courte distance, mais qui n’est pas intégrée au challenge. Une réflexion est en cours à ce sujet."

Où vous situez-vous par rapport au trail, en plein boom ces dernières années chez nous ? Car le Delhalle propose à la fois des parcours mêlant sentiers forestiers, chemins en pleine nature et dénivelé. Mais aussi du béton…

"Nous ne sommes pas du trail, dans le sens où on l’entend aujourd’hui et encore moins dans sa définition d’origine. Nous offrons par contre des terrains de jeu variés, où routes, sentiers et boue sont en effet souvent de la partie sur un même tracé. Il faut donc être polyvalent pour briller chez nous. Et cela permet à la fois aux coureurs qui viennent pour la compétition de s’exprimer tout en offrant à tous ceux qui veulent découvrir la nature d’une région, dans une ambiance conviviale, de s’y retrouver. Une formule qui fonctionne puisque nos chiffres de fréquentation sont constants ces deux ou trois dernières années, et en nette hausse par rapport au début des années 2010."

Les Foulées des Flosses, épreuve populaire en Région bruxelloise, font leur entrée cette année. Voilà qui devrait encore booster le Challenge ?

"Oui, c’est un plus pour nous. Les Foulées des Flosses est une épreuve organisée par des coureurs qui sont régulièrement présents sur le Delhalle, soit le club de l’Enjambée à Woluwe. Leur épreuve cadre parfaitement avec la philosophie de partage et de convivialité qui anime le Delhalle depuis sa création."


Le Saviez-vous ?

Mis sur pied pour la première fois en 1983, le Challenge Delhalle tire son nom de Léon Delhalle, responsable de la rubrique sportive de "La Cité", décédé en 1981 et qui aurait approuvé et encouragé l’initiative de l’Association des Courses champêtres. Il était juste que le Challenge lui rende hommage en portant son nom.


Le calendrier du Delhalle 2019

  • 16 février : La Printanière (15,7 km)
  • 3 mars : Cross de Bousval (15 km)
  • 7 avril : Le Val d’Heure (14 km)
  • 20 avril : Jogging de la Principauté de Chimay (14,3 km)
  • 28 avril : 15 Km de Charleroi (14,4 km)
  • 4 mai : Rund Um Den See (21 km)
  • 9 juin : La Châtelettaine (14,054 km)
  • 15 juin : Les Forges de la Forêt d’Anlier (19 km)
  • 27 juillet : L’Ardennaise (21,7 km)
  • 18 août : Jogging de l’Ourthe (15 km)
  • 25 août : La Descente de la Lesse (20,9 km)
  • 15 septembre : Le Semi-Vert d’Amay (21,1 km)
  • 13 octobre : Les Foulées des Flosses (16 km)

Remise des prix le samedi 16 novembre