Plus de 600 coureurs ont pris part au défi lors du dernier week-end. 

Ils étaient une bonne centaine à la mi-avril. Plus de 600 lors du dernier week-end de la Pentecôte. Au vu du bel enthousiasme suscité par le Challenge Queen/King of Confinement auprès de la communauté des coureurs, il est d’ores et déjà acquis qu’il y aura un acte 3.

Le principe du concept ? Courir, au départ et à l’arrivée de son domicile, une boucle au choix de 6 à 7 km. Et repartir à chaque heure pile pour une nouvelle boucle, jusqu’à plus soif. Le tout dans un esprit bon enfant et de dépassement de soi. A ce petit jeu, Sylvain Lejeune et son dauphin Benoît Badot ont poussé le suspense et l’effort jusqu’à 36 boucles lundi soir.

Les règles du jeu n’évolueront pas. Mais l’acte 3 visera encore plus grand. Notamment en essayant d’aller chercher les ultra traileurs mais aussi en s’exportant en dehors de nos frontières.

"On doit encore débriefer l'acte 2, mais, c’est une certitude, il y a aura une nouvelle édition", souffle Frédérick Hardenne, King de la première à la mi-avril et 3e ce week-end. "Mais ce ne sera pas pour tout de suite. La récupération est importante après un effort comme celui-là et c’est ma préoccupation principale à cet instant-ci."

"Aller plus loin dans l'organisation et la communication"

Le nom, par contre, est amené à évoluer. Et le concept, sans doute, à "lutter" avec le retour progressif d’organisations plus classiques. "L’acte 3 sera un vrai juge de paix. On verra alors si c’est le concept qui plaît réellement ou si ce sont les circonstances dues au confinement et à l’absence de compétitions qui ont attiré autant de monde. Quant au nom, il faudra trouver une alternative à confinement évidemment. Mais on trouvera bien quelque chose de sympa en fonction de la prochaine date…"

Outre les nombreux retours positifs des participants, le Challenge Queen/King of Confinement a suscité un premier intérêt à l’étranger, qui ouvre d’autres perspectives. "Nous devons maintenant réfléchir pour aller plus loin dans l’organisation et la communication, sans s’éloigner de ce qui a fait le succès et la convivialité des deux premières éditions. En dehors du confinement, nous allons pouvoir toucher un public encore plus nombreux."