Les organisateurs d’événements sportifs en plein air réclament depuis plusieurs semaines des perspectives et un protocole clair.

C’est désormais le cas puisque le protocole des activités physiques et sportives communiqué en ce début de semaine par la ministre des Sports en Fédération Wallonie-Bruxelles évoque clairement les perspectives pour l’organisation d’événements sportifs à partir du 1er avril.

Il en ressort que, à partir du 1er avril et sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire, des vagues de 60 personnes pourront s’élancer toutes les 20 minutes lors d’événements comme des courses à pied. Dans les zones de départ et d’arrivée, un espace de minimum 10 m² par participant devra cependant être prévu. Les pré-inscriptions seront obligatoires

Aucun ravitaillement autre que celui apporté par le sportif ne sera autorisé.


Voici ce que prévoit le protocole

Sont autorisées les organisations ponctuelles :

  1. Activité uniquement en plein air
  2. de sport individuel sans contact en extérieur à condition de se dérouler principalement sur la voie public/plan d’eau/milieu naturel/circuit fermé
  3. une seule activité (pas de système de qualification, de coupe/championnat)

  • En dehors des participants lors de l’activité physique, le port du masque est obligatoire
  • Chaque participant dispose de son propre ravitaillement personnel
  • Pas de spectateur dans les zones d’arrivée et de départ dont l’accès est uniquement réservé à l’organisation et aux participants
  • Le public le long de la voie publique est soumis à autorisation des autorités communales
  • Délimitation d’une zone d’arrivée et d’une zone de départ qui doivent être distincte – max 1pers/10m²
  • Mise en place d’un système de réservation obligatoire :
  • Définition de tranche horaire fixe: une tranche horaire de 60’ est divisée en 3 vagues de maximum de 60 participants
  • Les activités/départs entre les vagues sont espacées de minimum de 20’
  • Le protocole de l’organisateur est accompagné du COVID Event Risk Model.
  • L’ensemble est soumis à l’approbation des autorités communales compétentes