C’est reparti ! Avec l’appui de l’Adeps, l’ASBL Sport et Santé vient de lancer la nouvelle édition du challenge "Je cours pour ma commune". Le but ? Aider sa commune à se faire élire "la plus en forme" ou "une des plus en forme" de la Fédération Wallonie-Bruxelles. En 2020, près de 4 000 personnes avaient participé à ce challenge. La grande gagnante avait été Fosses-La-Ville, suivie par Éghezée et Genappe. À l’échelle provinciale, les communes gagnantes avaient été Saint-Léger (Luxembourg), Ath (Hainaut), Aywaille (Liège), Fosses-La-ville (Namur), Genappe (Brabant wallon) et la commune de Bruxelles (Région bruxelloise). Qui sera sur le podium, cette année ?

Ouvert à tous

En pratique, le challenge "Je cours pour ma commune" est ouvert à tous. À l’inscription, gratuite, il suffit de désigner votre commune de cœur. Attention, un seul choix est permis. Ensuite, l’objectif est de courir ou de marcher le plus de kilomètres possible pendant les huit jours du challenge, du 19 juin à 6 heures au 27 juin à 18 heures. L’addition de tous ces kilomètres couverts par les participants des différents groupes permettra d’établir les classements.

Grâce à ce challenge, ceux que la situation contraint à courir seuls ou dans un groupe restreint auront le sentiment de faire partie d’un collectif. Parfois, cela suffit pour procurer le petit surcroît de motivation qui fait la différence face à la flemme que l’on peut ressentir à l’heure d’enfiler ses chaussures. Pas besoin non plus de se tuer à la tâche. On peut se fixer un programme à la carte avec des sorties plus longues pour les uns, plus fréquentes pour les autres. Chacun est libre de faire comme il l’entend. Pour une mesure précise de la distance, il conviendra d’utiliser l’outil E-Motion. Cette application "faite maison" remplace Strava, dont l’utilisation n’est plus possible pour ce type de challenge collectif.

À nos aînés

Cette année encore, le challenge soutient l’ASBL Bien Vieillir. Son objectif ? Changer notre regard sur le vieillissement. La crise du coronavirus fut en effet un cruel révélateur du triste sort qui est parfois réservé à nos aînés. Notre organisation sociétale repose en grande partie sur le regroupement des personnes âgées entre elles, dans des maisons de repos médicalisées où les normes et l’organisation les privent trop souvent du sentiment de se sentir utiles. Placées dans un environnement aussi peu stimulant, elles déclinent de façon parfois très rapide. Pourtant, des alternatives existent. On songe ici à ces maisons où différentes générations cohabitent en s’échangeant de menus services. Le but ? Faire en sorte que chaque personne se sente actrice de sa vie le plus longtemps possible.

Lors de l’inscription au challenge, vous avez la possibilité de faire un don et ainsi de contribuer à rendre possible d’autres manières de vieillir : heureux, libres, écoutés et inclus dans la société.

Alors, prêts ? À vos baskets !