Le GR 20 a la réputation d’être le sentier d’altitude le plus difficile d’Europe. Sur 180 km, il suit la ligne de partage des eaux et épouse donc le relief montagneux de la Corse entre Calenzana au Nord et Conca au Sud. C’est un chemin de rocaille qui grimpe jusqu’à 2 225 mètres. Il n’est praticable que de la mi-juin à la mi-octobre. Le reste du temps, il est recouvert de neige.

Son histoire remonte à 1952 lorsque l’alpiniste Michel Fabrikant tombe littéralement amoureux du pays alors qu’il assiste à un lever de soleil à partir du sommet de l’Alcudina, le point culminant de l’île. Le spectacle qui s’offre à ses yeux l’émeut tant qu’il ne cessera pas, dans les années qui suivent, de se livrer à une exploration méthodique de tous les sentiers et voies d’escalade pour les relier les uns aux autres et constituer ainsi un GR qui fera comprendre à tous pourquoi la Corse est surnommée l’Île de Beauté.

Aujourd’hui, ce parcours connaît un succès énorme. Même le cinéma lui a rendu hommage avec le film Les Randonneurs de Philippe Harel en 1996.

Un record convoité

Le parcours fait environ 180 km à travers la montagne corse, on l’a dit. Mais ce qui le rend si redoutable, c’est son dénivelé de 11 500 mètres. C’est raide ! Il faut parfois s’aider des mains pour avancer. Le GR commence ainsi assez bas, à à peine plus de 300 m d’altitude. Au bout de quelques heures d’effort, on se retrouve déjà à 1 600 m. Ensuite, ça monte et ça descend tout le temps. Les trois quarts du temps, on se trouve au-dessus de 2 000 m. Comme la traversée de la Manche à la nage ou l’ascension du mont Blanc, le GR 20 fait régulièrement l’objet de tentatives de records. Des noms prestigieux s’y sont frottés, pas toujours avec succès : Kilian Jornet en 2009, Julien Chorier en 2012, François D’Haene en 2016 et Xavier Thévenard en 2020. Boucler cette traversée en une trentaine d’heures est un défi réservé à l’élite ! À titre de comparaison, un marcheur lambda effectue cette randonnée en près de 16 jours.

Le traileur corse Lambert Santelli a quant à lui battu samedi dernier le record avec 41 minutes d’avance, avalant les 180 km en 30 h 25, détrônant François D’Haene, qui avait terminé le parcours en 31 h 06 en 2016.

Un futur champion avec 25 kg de trop

L’histoire de ce traileur discret et peu connu du grand public mérite d’être racontée. En 2011, Lambert Santelli est un jeune homme surmené par sa vie de berger et de restaurateur. Il a pris 25 kilos et s’ennuie. Il décide de se débarrasser de son troupeau et de son surpoids. Il commence alors à courir avec son petit frère, Quentin Santelli, boxeur professionnel.

"Les premiers footings, on les a faits ensemble, se souvient Quentin. Il pesait à l’époque 95 kilos. Je vivais sur le continent et, lorsque je rentrais, je m’entraînais beaucoup. Après quelques mois d’entraînement, lorsque je suis rentré pour les vacances d’octobre, Lambert courait plutôt bien. Lorsque je suis revenu, en février 2012, il avait littéralement fondu. La transformation était incroyable. Déjà, je n’arrivais plus à le suivre."

Le jeune homme qui souhaitait maigrir se découvre un talent incroyable : il était un traileur-né. À partir de là, les courses et les exploits se sont enchaînés. Avec en apothéose ce record sur sa terre natale.