Les athlètes présents à l’entraînement mardi soir sur la piste de Seraing n’ont pas dû en croire leurs yeux : le Français Morhad Amdouni, champion d’Europe du 10.000 mètres à Berlin en 2018, 8e des derniers championnats du monde de semi en 59’40 (3e chrono européen de tous les temps, derrière Julien Wanders et Mo Farah) et récent 17e du marathon olympique de Tokyo, était également là pour officialiser son affiliation au club.

Amdouni, toujours affilié en France (Val d’Europe Seine et Marne, soit le club français de Soufiane Bouchikhi), rejoint en fait le Team de Valois de Larbi Chababe, au sein duquel on retrouve le récent vainqueur des 20 km de Bruxelles (Amaury Paquet) et Tarik Moukrime (3e lors de cette même course). Un Team lié au club du président Demelenne depuis des années.

Au-delà d’un athlète avec de solides références, ce Corse de Porto Vecchio âgé de 33 ans s’est retrouvé cet été au centre d’une vive polémique. A l’origine, une vidéo d’un ravitaillement (km 27) tournée lors du marathon olympique. Alors que les deux premiers de son groupe parvenaient sans problème à se saisir d’une bouteille, Amdouni renversait toutes les autres, sauf la dernière, laissant derrière lui des participants... bredouilles. Suite au bad buzz, il plaidait la maladresse non-volontaire, alors que le grand public voyait là un geste anti-sportif honteux.

Amdouni, c’est aussi l’affaire du fameux reportage de la chaîne allemande ARD de 2019. Les réalisateurs de celui-ci soutenaient le fait que Morhad Amdouni avait acheté des produits dopants (EPO et hormones de croissance) deux ans auparavant. Cette accusation se basait sur des conversations téléphoniques entre l'athlète et un dealer lui réclamant de l'argent. Amdouni a toujours nié les faits et aucune sanction n’a jamais été prise à son encontre.