Les deux plus longues distances, 100 et 62 km, pourraient avoir lieu dès le dimanche 2 août.

A quand le retour des courses à pied en Belgique ? Depuis la mi-mars, plus aucune course n’a pu se tenir. Et tous les événements de masse restent interdits jusqu’au 31 août. Un terme qui n’a cependant pas été clairement défini et qui laisse une porte entrouverte à certaines organisations dans le cadre du déconfinement de la pratique du sport qui autorisera une pratique réunissant jusqu'à "50 personnes sous l'encadrement d'un coach" à partir du 1er juillet.

S’il reste donc compliqué d’imaginer le retour d’un jogging classique avec plusieurs centaines – voire milliers – de personnes réunies en un même lieu de départ dans les semaines à venir, le Trail des Cisterciens, initialement prévu le 2 mai au départ de Tangissart (Court-Saint-Etienne), a mis en place une organisation spécifique pour que son événement puisse se tenir dès le dimanche 2 août. Du moins de façon partielle puisque seules les distances du 62 et du 100 km, qui réuniraient un peu plus de 100 participants chacune, auraient lieu. Les trois autres, sur 36, 20 et 12 km, se tiendraient, si tout va bien, le 12 décembre, avec une participation plus nombreuse.

Un départ sous la forme d'un contre-la-montre

La mesure phare pour que cet événement puisse avoir lieu est une adaptation de la procédure de départ. Chaque traileur partirait individuellement à une minute d’intervalle. "Ce qui limiterait, selon nos calculs, à 30 personnes maximum le nombres de personnes présentes au même moment dans la zone de départ, tout en pouvant garantir le respect des règles de distanciation", soutient Geoffrey Ewbank, pour le trail des Cisterciens. "C’est donc environ 150 mètres que l’on placerait entre chaque coureur dès le départ. Cette mesure permettrait d’éviter tout regroupement sur la ligne de départ mais aussi plus loin dans la course au niveau des ravitaillements."

A l’arrivée, l’organisation, qui a soumis son plan à la commune de Court-Saint-Etienne, s’engage à respecter les règles en vigueur pour l’Horeca. "Nous avons également fait des simulations de course pour connaître la situation à l’arrivée et nous aurions en théorie un pic de 26 coureurs/heure sur la ligne d’arrivée, pour 292 lors d’une édition 'normale'"

Au niveau organisationnel, cela représente évidemment un investissement supplémentaire. Avec un événement réparti sur 2 dates mais aussi une procédure de départ rallongée. Les organisateurs, bénévoles et nourris par la passion, veulent cependant y croire. 

"Le trail, et en particulier, les longues distances, peuvent se prêter aux nouvelles exigences suite à la crise du Covid-19", ajoute Geoffrey Ewbank. "C’est beaucoup plus compliqué pour les distances plus courtes, où un départ de ce type n’est pas envisageable vu la durée de l’effort. Nous avons proposé un plan qui respecte scrupuleusement les mesures imposées. Et même s’il devait avoir un assouplissement d’ici à la fin du mois de juillet, nous maintiendrons cette formule car elle a l’avantage de proposer un départ au compte-gouttes tout en évitant une trop grosse affluence sur les ravitaillements en cours de route."


Les autres mesures mises en place seraient les suivantes

  • Pas de douche ni de vestiaire
  • Présence de gel désinfectant aux endroits clefs à savoir : entrée salle, WC, bar (bénévoles), à chaque ravitaillement, etc…
  • Port du masque obligatoire pour les bénévoles en service au départ, aux ravitaillements et à l’arrivée.
  • Pas de château gonflable contrairement aux autres années.
  • Pas de podium
  • Tracing GPS permettant de savoir avec qui le coureur a été en contact durant la course
  • Consignes pour les rares dépassements pour les effectuer sur des chemins ou routes larges en toute courtoisie.
  • Pas de zone dédiée au public.
  • Paiement électronique (application) privilégié.