Running Le mois de janvier est la période des bonnes résolutions. On vous propose ici quelques-unes des promesses entendues dans la bouche des coureurs durant la nuit du réveillon. Peut-être vous y reconnaîtrez-vous ? Paroles en l’air ou véritable changement de cap ? Faites votre choix et, surtout, faites-vous plaisir en 2019.


“Je me mets au renforcement musculaire”

Courir de manière régulière sans envisager en parallèle un minimum de renforcement musculaire n’est désormais plus envisageable pour aucun plan d’entraînement qui se respecte. D’ailleurs, vous le savez depuis des années mais, sauf après une blessure, vous avez tendance à oublier ce détail. Mais cette fois, c’est la bonne ! Votre tapis de salle, votre step et, bien sûr, vos haltères vont sortir du grenier en 2019 pour, au minimum, un rendez-vous hebdomadaire, quitte à diminuer le nombre de vos sorties baskets aux pieds. Un choix que vous ne regretterez pas, puisque ce travail d’harmonisation du corps a un impact, à long terme, sur la posture générale, la souplesse, ou encore la résistance du corps aux efforts, permettant d’éviter au maximum les blessures."

“J’écoute enfin mon corps”

Un tendon qui fait des siennes ou une semaine au boulot qui vous a épuisé. Pourtant, samedi au lever du soleil, vous avez accepté la proposition de sortie longue de votre infatigable voisin. Un scénario maintes fois vécu en 2018. Résultat : blessures à répétition et performances en baisse. Le seul à avoir le sourire fut donc votre kiné. Mais en 2019, c’est promis, vous écouterez et respecterez votre corps. Il vous en remerciera.

© shutterstock

“Je varie les terrains de jeu”

La course à pied peut être pratiquée en tout lieu. Alors, cette année, vous en profiterez ! Stop à ce même parcours d’exactement 8,2 km sans relief que vous connaissez sur le bout des doigts (de pied) pour l’avoir parcouru une centaine de fois en 2018. Oui, cela a pour vous un côté rassurant et vous permet de savoir exactement où vous en êtes au niveau de votre état de forme. Mais il y a tant de choses à découvrir, tout près de chez vous ou un peu plus loin ! Et ce, que vous soyez adepte du béton ou des sentiers. Essayez chaque semaine de découvrir un nouveau sentier ou une nouvelle bosse pour vous créer de nouveaux repères et faire le plein d’émotions. C’est aussi un formidable moyen de s’entraîner, en jouant avec l’environnement des lieux proposés (relief, technicité du sol…) pour varier les intensités.


“Je pense aussi à mes proches”

Adorer courir, cela signifie profiter de la moindre occasion pour enfiler ses baskets. Mais, sauf exception (veinards…), tout le monde ne partage pas votre passion et vos délires running autour de vous. Pas question de ranger vos godasses au placard en 2019 pour autant mais, désormais, vous tiendrez (un peu) compte de l’avis de votre entourage avant de réserver un week-end entre amis runners à l’autre bout du pays. Et pour votre sortie longue du week-end, c’est promis, vous mettrez le réveil avant le lever du jour le samedi, histoire d’être de retour pour le petit déj’. Ni vu ni connu…


“Je structure mon entraînement”

Cette année, vous allez enfin exploiter tout votre potentiel. Plutôt que d’effectuer toujours le même parcours à cette même allure confortable qui n’est ni trop lente ni trop rapide, vous allez enfin réfléchir à la manière dont vous courez. Au menu, des allures variées lors de vos différentes sorties, et même au sein d’une même sortie. Les variations sont infinies et doivent être adaptées en fonction de votre objectif et de votre niveau. Mais, promis, c’est là le plus sûr chemin vers la progression. Gardez cependant toujours à l’esprit que le travail d’endurance fondamentale (une allure comprise entre 60 et 70 % de votre VMA et à laquelle vous vous sentez en aisance) doit constituer la majeure partie de votre temps d’entraînement sur une semaine. Curieux paradoxe mais courir plus vite en course passe notamment par apprendre à courir moins vite à l’entraînement.

© shutterstock

“Je me fixe des objectifs”

Vous courez et vous aimez ça. Mais à force, vous ne savez plus trop pourquoi vous le faites ni après quoi vous courez. Janvier est le moment idéal pour vous fixer un (ou deux) défi(s) de taille pour 2019. Cela peut être une course qui vous fait rêver, à l’étranger par exemple. La vivre en groupe peut donner du piment supplémentaire à ce défi. Cela peut aussi être un nouveau cap kilométrique que vous aimeriez franchir, comme un semi-marathon ou un marathon, voire un chrono que vous souhaiteriez atteindre sur une distance. Bref, fixez-vous un objectif, qui peut très bien être plus personnel. On pense notamment à la perte de poids ou à la récolte de fonds pour une bonne cause via la pratique de la course à pied. Les défis ne manquent pas en matière de running !


“J’arrête de courir seul(e)”

Courir seul(e) est un formidable moyen de se vider l’esprit. Mais courir toujours en solitaire, c’est aussi passer à côté de quelque chose de grand. La course à pied est en effet un formidable créateur de liens sociaux, grâce notamment aux émotions partagées au travers de l’effort. Et si, en 2019, vous sollicitiez ce collègue qui a la même passion du running que vous ou que vous rejoigniez ce groupe de coureurs de votre quartier ? Votre motivation n’en sera que renforcée. Votre niveau pourrait aussi en être bonifié, à condition de continuer à écouter votre corps et de ne pas oublier les fondamentaux de l’entraînement face à la tentation d’en donner trop pour s’accrocher au rythme des meilleurs. En courant en groupe, vous découvrirez aussi certainement de nouveaux lieux et sentiers encore inconnus jusqu’alors. Sans oublier que, notamment pour les femmes, cela peut renforcer le sentiment de sécurité.

© shutterstock