Il n’y a pas vraiment une marque de running "made in Belgium" chez nous. Juste quelques acteurs isolés, assez anecdotiques sans connotation péjorative, par rapport aux mastodontes multinationaux connus et répertoriés. Ils évoluent uniquement dans le domaine du textile. Pour ce qui est du chaussant running, c’est en effet carrément le désert…

Moov360 fait partie de nos quelques micro-acteurs depuis 2020. Derrière cette ligne de vêtements pour femmes technique et écoresponsable, on retrouve Daphné Dulait, architecte de formation. Après diverses recherches, elle a trouvé l’Econyl, soit du fil conçu, entre autres, à partir de déchets sortis des mers. Une fois les modèles des vêtements dessinés, la Waterlotoise s’est mise à la recherche d’une usine belge pour la fabrication.

Et là, ce fut la déception…

"J’ai trouvé deux entreprises flamandes qui pouvaient convenir", nous explique-t-elle. "Mais les essais qui ont été faits n’ont pas été concluants. Non seulement c’était cher, mais en plus ce n’était pas techniquement concluant, notamment au niveau des coutures. Ces usines n’avaient pas les bonnes machines et n’avaient pas l’expertise nécessaire pour travailler la matière que je leur amenais."

<<< A lire aussi: "Produire en Europe, l'équation impossible pour les marques running?" >>> 

Alors que la Flandre a tout de même une bonne réputation au niveau textile en Europe avec des centaines d’usines qui existent encore, Daphné Dulait a dû trouver son bonheur ailleurs, soit en Italie, où elle a fait faire un petit millier de vêtements qui constituent son stock de lancement de la marque.

"J’étais déçue car j’espérais rester en Belgique", termine-t-elle. "L’Asie ? Non. Cela allait à l’encontre de la philosophie du projet. Je voulais rester en Europe. L’Europe des 27, pas l’Europe au sens territorial."

© IPM