Covid-19 oblige, l’UTMB n’a pu se tenir en cette dernière semaine du mois d’août. Pau Capell, le vainqueur de la dernière édition, s’était lancé jeudi sur le coup de 18h le défi de boucler le parcours de 171 km et 10000 mètres de dénivelé en solo, avec pour objectif de descendre sous la barre des 20 heures. 


Soit une tentative de nouveau record sur ce parcours dans sa configuration telle qu’elle existe depuis 2015 (NdlR : Les 19h01 réalisés par le Français François D'Haene en 2017 pourraient être considérés comme la référence actuelle vu le niveau particulièrement élevé de cette édition mais le parcours avait dû être quelque peu modifié en raison des intempéries cette année-là).

L’Espagnol, après avoir tenu le bon rythme durant la première partie de son effort, n’y est finalement pas arrivé, bouclant son défi dans la douleur en 21h17'18. "J’ai sans doute fait une erreur, celle de partir trop vite dans les 80 premiers km", nous a confié Pau Capell au lendemain de son défi. "J’étais bien, très bien. Mais arriver avec 10 minutes d’avance à Courmayeur, c’était trop vite. Je l’ai payé par la suite, notamment après Champex. Dans le dernier marathon du parcours, j’étais à la ramasse. J’ai juste tenté de survivre jusqu’à Chamonix."

© Mathis Dumas

Dans son effort, Pau Capell était soutenu par une minuscule équipe de soutien, composée de son entourage proche et assurant la santé et la sécurité du groupe. Ces conditions exceptionnelles ont fait de cette course un défi mental et physique nécessitant toute la force et la préparation experte de Pau Capell, jusque dans les moindres détails.

"La course était définitivement plus difficile physiquement et mentalement cette fois-ci sans ma routine habituelle mais avoir le soutien de ma famille et de mon team m’a beaucoup aidé", a ajoute Pau Capell, qui a tenu à remercier le Français Xavier Thévenard, triple vainqueur de l'UTMB, pour ses encouragements. "J'étais au bout de mes forces sur la fin et, sans eux, je ne serais sans doute pas aller au bout. J'ai couru pour eux."

© Mathis Dumas