Le nombre de personnes qui pratiquent la course à pied a considérablement augmenté depuis le début de la crise sanitaire. Parmi eux, forcément, de nombreux débutants. Preuve de l’enthousiasme pour le phénomène running chez nous, Start 2 Run rencontre un succès sans cesse grandissant. En 2020, cette application de coaching, qui propose 25 programmes allant de 5 km jusqu’au marathon, a enregistré près de 2 millions d’activités, soit deux fois plus que la moyenne des années précédentes. C’est qu’il est appréciable de se faire conseiller tant il n’est pas toujours évident de savoir comment s’y prendre lorsqu’on n’a jamais couru.

Face aux premières tentatives difficiles et aux doutes, l’envie de tout arrêter peut souvent prendre le dessus. Pourtant, en suivant quelques règles, il est possible de rapidement prendre du plaisir, de progresser tout en évitant de se blesser. Avec Start 2 Run, dont la voix francophone qui accompagne les coureurs lors de leurs sorties n’est autre que celle de Loïc Nottet, on en partage avec vous quelques-unes.

Les chaussures, un indispensable

La course à pied est un sport accessible. Où qu’on habite, il peut être pratiqué dès qu’on met un pied en dehors de son domicile. Ce qui offre une flexibilité incomparable avec bien d’autres pratiques où l’on dépend inévitablement d’une infrastructure sportive ou d’un collectif. Financièrement, pas besoin non plus d’investir dans le dernier t-shirt technique. En revanche, s’équiper d’une bonne paire de chaussures l’est. Aller courir avec une paire usagée ou des chaussures pensées pour un autre sport est le meilleur moyen de se blesser, même pour quelques sorties. Se faire conseiller dans un magasin spécialisé afin d’opter pour la paire qui vous convient est aussi un investissement en temps et en argent qui vaut la peine d’être fait.

Savoir pourquoi on veut courir

On entend souvent dans la bouche de ceux qui n’aiment pas la course à pied que cela n’a pas de sens de courir dans le vide. Ici, pas de goals ni de ballon par exemple. Pourtant, chaque coureur passionné sait bien pourquoi il court. Cela peut être un objectif chronométrique, un objectif de santé ou encore un rêve lointain que l’on souhaite un jour pouvoir mener à bien. Ces raisons de courir sont infinies. Mais l’important est d’en avoir (au moins) une, sous peine de rapidement ranger ses chaussures au placard.

Ne pas vouloir en faire trop et trop vite

S’il est important de se fixer un ou plusieurs objectifs, il faut se laisser le temps de les mener à bien, quitte à planifier des objectifs intermédiaires sur son chemin. En course à pied, tout est en effet question de progressivité. On ne devient pas marathonien en quelques semaines et on ne met pas de côté des années de sédentarité en quelques séances. Des objectifs plus réalistes, comme bouger plus pour faire 10 000 pas par jour ou réussir à boucler 5 km, peuvent être une première étape. A contrario, il n’y a aucune honte à programmer des moments de marche dans ses sorties. C’est même le meilleur moyen pour pouvoir allonger au fur et à mesure ses séances et, au final, progresser. Car en voulant aller trop vite vers ses objectifs, il y a finalement de fortes chances que vous ne puissiez les atteindre et que vous vous découragiez. Faites donc preuve de patience et focalisez-vous sur chaque élément positif plutôt que le chemin encore à parcourir.

Prenez rendez-vous avec vous-même

Dans un planning souvent chargé, il peut être difficile de consacrer du temps pour courir quand on n’en a pas fait une habitude. Pourtant, la régularité est l’une des clés qui vous permettra de vous sentir plus à l’aise et de progresser. Bloquez deux ou trois périodes chaque semaine dans votre agenda est souvent une bonne solution. Cela fait de la course une priorité, inscrite noir sur blanc. C’est aussi un moyen de se motiver et de ne pas se débiner face à l’échéance. Comme un rendez-vous, mais avec soi-même cette fois.

Entourez-vous

Encore plus en cette période, l’activité sportive outdoor est un excellent moyen de créer du lien social. Entourez-vous de quelques personnes qui partagent un ou plusieurs objectifs sportifs avec vous. Ce sera un excellent adjuvant moral, en plus d’une façon amusante de pratiquer en partageant du bon temps. Courir ne sera alors plus envisagé comme un exercice physique à accomplir mais comme une opportunité de partager un bon moment en (re)créant du lien social.