Running La Doyenne des épreuves à allure libre est programmée ce samedi

La côte des Moutons, le Thier des Rexhons, Cherville, un triptyque qui titille les mollets de tout amateur d’effort solitaire. Les trois difficultés des Crêtes de Spa, celles que chacun redoute mais que tout le monde se réjouit pourtant d‘attaquer. Un triptyque qui parle aux coureurs comme la succession de la Haute-Levée, Wanne et le Stockeu à Liège-Bastogne-Liège.

Mais, comme pour le parcours de la classique cycliste, les organisateurs de la Doyenne des courses à allure libre ont décidé cette année de modifier le tracé pour dignement fêter ses 40 ans. Exit le chemin des Moutons, place à la promenade Jacques Houyon, un goulot gras, étroit et en pallier assez différent de l’habituelle première rampe plutôt large et roulante.

"Cela va complètement changer la physionomie du coureur susceptible de remporter cette épreuve", reconnaît Patrick Dortu, 3e en 2016 et surtout grand vainqueur de l’édition 2012. "Il va falloir être plus complet et pouvoir passer partout surtout dans des conditions assez grasses", juge celui qui s’alignait le week-end dernier au Mont Ventoux pour décrocher une place au Championnat du Monde de Trail qui aura lieu en juin en Italie.

Un énorme succès populaire

Mais, ce n’est pas tout… Après Cherville, finie la portion de bitume qui permet aux organismes de récupérer ou de dérouler. Place au bois et à un final un peu plus casse-pattes avec par contre une arrivée devant le château de la Fraineuse, comme au bon vieux temps. "On a souhaité revenir aux origines d’une épreuve qui se voulait avant tout une course nature et on a éliminé les portions de route possibles. Notre intention est de garder ce parcours durant plusieurs années si les modifications n’engendrent pas de problèmes", explique Christian Marchot, coordinateur des Crêtes et secrétaire du RCA Spa, co-organisateur de l’événement.

Bref, une 40e édition qui ne laissera personne indifférent. Pour preuve, 10 jours avant le départ, prévu sur le coup de 13h05, il y avait déjà un peu plus de 1.800 pré-inscrits. "Ce qui est plus que les années précédentes. On peut donc s’attendre, en fonction de la météo qui joue un rôle important dans les inscriptions du jour, à quelque 2.500 participants", avance Sébastien Legat, responsable de Golazo, à la manœuvre depuis six ans.

A cela s’ajoutent quelque 500 traileurs (départ 9h) qui s’expliqueront sur près de 57 km, les joggeurs qui boucleront cette année un parcours de 10 km (départ 11h15), les enfants et… les marcheurs qui pourront arpenter les parcours du 10 ou du 21 km (départ entre 7h30 et 10h).

Jérôme Jacot