Frappés par la grêle et des pluies glaciales et soudaines, les victimes participaient à une course nature (trail) de 100 km en altitude dans la Forêt de pierre du Fleuve jaune dans la province du Gansu (nord-ouest).

Le drame avait provoqué une vive émotion en Chine et déclenché l'ouverture d'une enquête afin de déterminer les éventuelles responsabilités des organisateurs.

"Afin de protéger la santé et la sécurité de la population", l'administration générale du sport a annoncé mercredi sur son site internet la "suspension" à l'échelle nationale des "compétitions sportives à haut risque".

Elle cite notamment l'ultrafond, le wingsuit (aile volante), les courses nature ou encore les traversées de déserts, des compétitions nouvelles aux "règles imparfaites et aux normes de sécurité floues".

L'administration indique également qu'elle "procédera à un examen complet des événements sportifs" concernés.

Les organisateurs sont sommés "de prendre des mesures efficaces" face aux risques potentiels, notamment en prenant pleinement en compte les conditions météorologiques et en prévoyant des secours d'urgence efficaces.

Le marathon, les courses à pied et les sports extrêmes ont gagné en popularité en Chine, notamment depuis les JO de Pékin 2008, le gouvernement promouvant l'activité physique pour tous les âges.

Cette frénésie sportive a entraîné l'apparition d'innombrables compétitions ou courses à l'encadrement parfois hasardeux.