Test Wildcross GTX : la chaussure pour ne jamais glisser dans la boue

Cette version adaptée de la célèbre Speedcross au sein de la gamme cross de Salomon est taillée pour s’exprimer lors des sorties sur terrains gras et meubles.

Test Wildcross GTX : la chaussure pour ne jamais glisser dans la boue
©Shutterstock

La Wildcross porte admirablement bien son nom. Tant dans le look que dans les sensations, cette chaussure de la gamme cross de Salomon assume à merveille son côté sauvage. La boue, les sols très meubles et détrempés, c’est son truc. Ne lui demandez par contre pas de vous emmener ailleurs, elle n’en a ni la prétention ni le potentiel.

Nous avons eu l’occasion de tester ce modèle cousin de la très populaire Speedcross, chaussure phare de la gamme cross de Salomon qui en est déjà à sa 5e édition. Et comme nous sommes en Belgique et que les conditions sont pour le moins humides dans nos forêts en cette période, nous avons opté pour la version Gore-Tex (GTX), qui permet de garder les pieds au sec mais qui vous en coûtera 30 euros de plus et quelques grammes supplémentaires sur la balance.

Test Wildcross GTX : la chaussure pour ne jamais glisser dans la boue
©DH


Quelles différences par rapport à une Speedcross ?

Les deux chaussures sont proches, ce n’est pas un secret. Elles sont d’ailleurs vendues au même prix. La principale différence est à chercher dans l’amorti, réduit à sa plus simple expression sur la Wildcross malgré un drop de 8mm. Tout simplement car son terrain de jeu est un sol bien meuble, fournissant un bon amorti naturel. Les crampons, multidirectionnels, sont également encore plus dessinés et imposants sur la Wildcross, offrant une meilleure accroche dans les conditions les plus difficiles. Le tout lui donne un profil plus typé que sa cousine et, donc, (encore) moins de polyvalence, sans oublier quelques grammes de moins.


Pour quel(s) profil(s) ?

Aux pieds, la Wildcross est une chaussure de qualité relativement facile à adopter, à ne pas considérer comme une concurrente à la Speedcross mais bien comme une offre alternative, encore plus ciblée donc. Qualitativement, elle se situe bien au-dessus de chaussures comme les Supercross ou l’Alphacross, qui offrent une expérience moins aboutie et un sentiment de sécurité moins renforcé pour les coureurs confirmés ou cherchant à allonger la durée de leurs sorties. De quoi satisfaire les routiniers ou les coureurs exigeants. 

On soulignera que, contrairement à un reproche qui revient régulièrement au sujet de certains modèles de la gamme Salomon, il y a une belle place pour les pieds larges dans le chaussant. Alors que le système de laçage quicklace permet un ajustement rapide et efficace. Seuls le drop de 8 mm et une construction qui a tendance à favoriser une attaque talon pourraient en freiner certains. Pour le reste, que ce soit pour de la courte ou de la longue distance, en entraînement ou en compétition, cette chaussure fera le job sur les terrains qui lui conviennent. 

On signalera ici aussi la réussite de son look à notre sens. Un détail pour certains, un indispensable pour d’autres. Notre coup de cœur va pour son colori kaki qui lui donne un look "militaire". Bref, du sauvage. Parfait pour aller gambader dans les bois.


Pour quel(s) terrain(s) ?

Plutôt que de terrains de jeu, on préfère parler d’un terrain de jeu. La Wildcross aime la boue. Mais pas le reste, ou très occasionnellement en tout cas. C’est là sa grande qualité mais aussi son défaut puisqu’elle n’a pas la polyvalence d’autres chaussures moins typées. Ainsi, lors d’une sortie mixte, on aurait tendance à opter pour une autre paire plus polyvalente. Car sur sols durs, et encore plus sur la route, on ressent vite l’inconfort provoqué par le manque d’amorti et, adhérence extrême oblige, on a même l’impression de coller à la route. Par contre, dès que la sortie est majoritairement composée de terrain gras, comme c’est souvent le cas dès qu’on quitte la ville en cette période, la Wildcross exprime tout son potentiel. Elle adhère parfaitement au sol, même sur les surfaces les plus délicates. Et ce, sur le plat mais aussi en montée ou encore dans les descentes les plus piégeuses. Ce qui renforce le sentiment de sécurité sur terrains compliqués et permet de mieux s’exprimer. Dans la version GTX, le plaisir est d’autant plus renforcé qu’on peut se permettre de passer allègrement dans les flaques sans craindre de finir sa sortie avec les chaussettes détrempées dans la godasse.

Test Wildcross GTX : la chaussure pour ne jamais glisser dans la boue
©Salomon



On aime

  • Son accroche à toutes épreuves;
  • Sa stabilité sur terrain souple;
  • Un excellent confort du pied à l’intérieur du chaussant;
  • Son look sauvage;
  • La qualité de son imperméabilité dans la version GTX.

On n’aime pas

  • Son domaine d’action réduit ;
  • Le manque d’amorti, qui se ressent très fort dès qu’on quitte les sols meubles.

Fiche technique

  • Modèle : Wildcross GTX
  • Prix conseillé : 160 euros (130 € dans la version non Gore-Tex)
  • Drop : 8 mm
  • Poids constaté lors de notre test: 350 grammes en taille 45.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be