La Fenix 6, le (très) haut de gamme des montres connectées Garmin, fait un joli bond en avant par rapport au modèle précédent.


Une nouvelle Fenix, qui symbolise le (très) haut de gamme des montres connectées Garmin, est toujours un évènement. On avait donc hâte d’enfin tester le dernier modèle, la Fenix 6, après la présentation en grande pompe faite dès l’été dernier.

Un bijou de technologie, dans la continuité de ce que proposait la gamme Fenix 5. Cette fois, on ne parlera cependant pas de révolution. S’il y en a une, elle est à chercher du côté de la version "Solar" permettant la recharge via l’énergie solaire en cours de route. Une des quatre versions (Fenix 6S, Fenix 6, Fenix 6X pour autant de tailles de cadran et, donc, "l’ovni" fenix 6X Pro Solar), qui ont elles-mêmes plusieurs déclinaisons pour un total de 9 montres.

Pour ce test, nous avons eu à disposition quelques semaines durant la Fenix 6 Pro Sapphire, qui embarque musique et cartographie dans une version titane et avec sa vitre inrayable. Le tout affichant la coquette somme de 899,99 € (la gamme Solar débute à 949 €…)

Un look réussi

À la prise en main, cette Fenix 6, surtout avec le cerclage en titane du plus bel effet, est une réussite. La couleur du bracelet, orange sur le modèle mis à notre disposition, lui donne un joli cachet. Montre de sport avec du caractère, la Fenix 6 se veut être un compagnon dans la vie de tous les jours. Ce serait d’ailleurs un peu bête de craquer pour une telle montre pour ne la mettre que lors de vos sorties vu toutes les options de suivi d’activités et de santé qu’elle emporte avec elle.

Le design est un peu plus fin, voire chic, mais le tout est dans la lignée des Fenix et de la famille Garmin en général. Elle se manipule d’ailleurs entièrement de la même manière que ses prédécesseurs.


Autonomie renforcée

Après plusieurs semaines d’utilisation, de l’ultra trail à la sortie sur route en passant par une pratique omnisports (natation, vélo…), on serait tenté de résumer la nouvelle Fenix par cette phrase : il s’agit d’une belle évolution, sans être une révolution. La Fenix 6, par rapport à la 5, remplit la plupart des mêmes tâches (un peu plus quand même mais elles ne concerneront qu’une minorité de coureurs, comme l’option PacePro, version améliorée du partenaire virtuel), mais en mieux, voire beaucoup mieux parfois. Avec plus d’ergonomie (de 6 à 8 infos de données à l’écran par exemple), plus de clarté à l’affichage et de précisions dans les données et leur analyse.

Le meilleur est à chercher, à notre sens, dans l’autonomie. Après un effort de 11 heures, sans chercher l’économie et en utilisant même la cartographie plusieurs heures durant, nous n’avions à peine utilisé qu’un peu plus de 30 % de la batterie. La promesse de près de 70 heures d’activités continues en "mode économie" semble pouvoir être tenue sans souci. Et la recharge est, dans l’autre sens, ultra rapide.

De quoi voir venir et rivaliser à ce niveau avec la Suunto 9 Baro et venir taquiner la Coros Vertix qui tend à se faire une place sur le marché.

© Garmin


Un vrai cardio au poignet

On a aussi beaucoup apprécié la belle évolution de la nouvelle génération du capteur de fréquence cardiaque au poignet qui, sur les premières Fenix 5, se montrait pour ainsi dire quasiment inutile tant les données, une fois en activité soutenue, étaient inexploitables. Ici, à moins de varier rapidement les intensités, on peut même se passer d’une ceinture cardio pour obtenir des données pertinentes. Ce qui permet aux nombreuses interprétations faites par le logiciel quant à votre état de forme et de santé de s’avérer plus pertinentes.

Qui plus est, le cardio fonctionne désormais dans l’eau. Ce qui change pas mal la donne pour ceux qui sont habitués à des détours par le bassin ou encore pour la pratique du triathlon.


Faire le bon choix

Il faut par contre se montrer vigilant au moment de faire son choix. Comme déjà dit, il y a plusieurs modèles de Fenix 6, avec des prix allant de 599 € à plus de 1 000 €. Mais non, toute la gamme des Fenix 6 n’a pas encore la cartographie (mais certains modèles de la Fenix 5 oui) vous permettant de pouvoir visualiser votre trace sur les routes et sentiers (ou même sur les pistes de ski désormais…) comme sur un GPS dans votre auto. De même, tous les modèles ne disposent pas de la musique embarquée (avec une mémoire portée de 16 à 32 Go !) vous permettant d’y glisser quelque 2 000 morceaux !

Reste que si vous souhaitez craquer pour une montre haut de gamme, la Fenix 6 s’impose comme un bon choix. À condition de bien prendre le temps de choisir celle qui vous correspond le mieux. Mais si vous avez déjà le modèle précédent, loin d’être dépassé, sans doute peut-il vous rendre encore de fiers services quelques mois ou années.



On aime

  • Les performances de la montre (autonomie, fonctionnalités...). Difficile d'imaginer mieux
  • L'amélioration de l'interprétation des données d'entraînement par rapport au modèle précédent
  • La (grande) amélioration de l'autonomie et de la qualité du cardio au poignet
  • Le look, qui se décline à l'envie avec de nombreux modèles et bracelets disponibles


On aime pas

  • Le prix pour pouvoir disposer au minimum de la cartographie et de la musique
  • La fréquence de sortie des nouveaux modèles qui s'accélèrent, poussant à une consommation excessive