Polar avait fait une entrée intéressante et remarquée dans le monde très convoité du trail en avril 2020 en proposant la Grit X, sa première montre à se positionner très clairement pour une pratique trail running/outdoor. Avec des outils pensés pour cette pratique se distinguant alors de ce qu’on pouvait trouver ailleurs, chez Polar mais aussi au sein de la concurrence. On pense ici notamment au Hill Spliter, qui détecte automatiquement votre présence sur une côte (ou une pente), offrant un écran spécifique pour analyser cet effort en cours (distance, dénivelé, temps). Il y a aussi le Fuel Wise, assistant de ravitaillement indiquant quand se nourrir et s’hydrater au cours d’un effort et qui s’est par la suite généralisé à bien des montres de la marque.

De façon générale, la Grit X s’est imposée rapidement comme une excellente montre outdoor, avec un bon rapport qualité/prix dans ce secteur et une multitude d’outils fonctionnels d’une montre connectée. Le tout sans pour autant faire de l’ombre aux Garmin et Coros en haut du gamme sur ce secteur.

© Polar

Une terminologie qui en rappelle une autre

Près de 18 mois plus tard, Polar persiste et signe sur ce segment important du trail running en sortant sa Grit X Pro. Une terminologie qui n’est pas sans rappeler celle utilisée par Garmin pour distinguer les différentes montres au sein de son importante gamme de Fenix. La version Pro, qui se distingue surtout par la présence d'un verre saphir (quasi impossible à griffer) généralisé, se positionne donc un cran au-dessus de la Grit X. Son prix aussi puisqu’elle est affichée à 499 € (70 € de plus que la Grit X). Cela demeure un bon point puisque cela reste en deçà de la première Fenix 6, affichée à 549 € et qui peut grimper jusqu’à 900 € si on veut être accompagné de la version Pro avec cartographie, verre saphir ou encore recharge solaire.

Mais cette différence de prix au profit de la Grit X Pro se justifie néanmoins car on ne parle pas des mêmes services offerts entre les deux montres.


Pas de cartographie

La Polar Grit X Pro reste cantonnée à une autonomie, déjà très remarquable et très souvent suffisante, de 40 heures. Lorsque nous avions testé le modèle précédent, nous avions néanmoins constaté qu’il était difficile de réellement tenir autant de temps sans passer par la casse recharge avec la Grit X. Sa grosse lacune sur ce segment haut de gamme est, à notre sens, l’absence de cartographie, contrairement à Garmin ou plus récemment Coros qui a fait une entrée remarquée à ce niveau-là. Polar doit encore se contenter d’un guidage "turn by turn", à mettre en lien avec l’application Komoot pour l’intégration d’itinéraires. On note cependant l'arrivée d'un "track back" (retour à la maison via la trace faite au préalable) ou la possibilité de voir le profil d'altitude en suivi d'itinéraire. 

Une version titane

Le Grit X Pro s’inscrit donc dans la continuité du modèle précédent. Elle se distingue surtout par une impression de robustesse renforcée, avec un vrai look outdoor. C’est encore plus vrai pour sa version titane (il y a donc une Polar Grit X Pro Titane, rappelant décidement une classification déjà vu ailleurs), qui est une vraie réussite sur le plan esthétique et qui affiche un poids 12% plus léger (75 grammes au lieu de 82) sur la balance mais 100 euros de plus sur le ticket de caisse (599,9 €)

© Polar


De l'esthétique pour la Vantage V2

Polar a également profité de cette annonce pour communiquer des modifications sur sa gamme Vantage V2, qui se positionne toujours dans le haut de gamme des montres typées entraînement et compétition. Des changements avant tout esthétiques, avec la mise à disposition d’une "Red Edition", avec bracelet et montre de couleur rouge donc. Une Shift Edition, argentée ou noire (avec deux bracelets, cuir perforé et un plus fonctionnel pour le sport, afin de répondre à la volonté de certains de pouvoir en changer selon son activité au quotidien), est également annoncée. 

Bon à savoir, les dernières évolutions de la Grit X Pro seront intégrées à la V2 classique (499,90 €) et ses déclinaisons plus esthétiques (549,9 €) via une mise à jour du logiciel.

© Polar