Polar, l’un des acteurs phares du marché des montres sportives GPS connectées, a sorti au début du printemps des évolutions pour deux de ses modèles à succès, l’Ignite et la Vantage M.

Après avoir testé la Vantage M, nous avons choisi de porter notre attention sur l’Ignite 2, un modèle à mi-chemin entre montre sportive connectée et smartwatch qui, sur papier, peut séduire un large public. Celui qui pratique une activité sportive modérée et désireux de n’avoir qu’une seule montre à la ville comme au sport, le tout avec un look attrayant à un prix abordable. La promesse est belle. Attention, il s’agit néanmoins ici d’un modèle d’entrée de gamme au niveau des montres sportives connectées, juste au-dessus de la Polar Unite et en dessous de la Vantage M2, déjà plus typée pour une pratique sportive structurée et, surtout, compétitrice.

Des évolutions surtout esthétiques

La Polar Ignite 2 garde les atouts de sa version 1, avec un beau potentiel pour une montre de ce type sur le suivi des indicateurs de santé et les conseils d’entraînement. Pour le reste, les nouveautés sont surtout d’ordre esthétique, avec par exemple un écran aux couleurs personnalisables ou encore le choix entre quatre couleurs possibles pour un bracelet léger mais quelque peu raide. Notons aussi que la lunette de cette montre arrondie (c’est désormais le cas de toutes les nouvelles montres Polar) est désormais striée. Au sein du logiciel, on remarque aussi quelques évolutions tirées de modèles plus haut de gamme de Polar, comme le contrôle de la musique de son smartphone via la montre (pas de possibilité de charger de la musique directement dessus), un widget météo ou encore quelques nouvelles watchface.

L’autonomie : pas pour les grands sportifs

A côté de ces évolutions mineures, l’Ignite 2 a donc aussi conservé ses limites. A savoir, à notre sens, une autonomie trop faible pour une montre qui se veut, aussi, sportive. En veille, elle vous accompagnera 5 jours, si vous ne la sollicitez pas trop du moins. Sinon, vous pouvez la recharger tous les 3-4 jours. En activité, la promesse, quelque peu allongée par rapport à la version 1, est de 20 heures mais plutôt voisine des 10-12 heures selon notre expérience sur le terrain et le choix de garder l’écran allumé ou non en permanence durant l’activité. Soit suffisant si on ne fait qu’une ou deux courtes sorties par semaine mais pas assez si on en fait plus ou si on veut faire une sortie longue à vélo par exemple.

Le tout dépend également de l’utilisation de l’écran AMOLED, qui a un joli rendu par rapport à d’autres modèles moins typés smartwach mais qui consomme (beaucoup) plus. D’où le fait qu’il s’éteint dès que la montre n’est plus sollicitée durant quelques secondes hors activité. A noter cependant, parmi les bons points, la possibilité d’adapter la précision du GPS pour gagner en autonomie en activité lorsque cela est nécessaire.

© Polar

Du tactile, tout le temps

La gestion des notifications du smartphone sur la montre, comme on l’avait déjà constaté sur la Grit X, peut également être dérangeante. En gros, c’est tout ou rien. Selon votre profil, ces notifications peuvent donc vite s’avérer envahissantes.

La navigation sur l’écran, qui se fait ici presqu’uniquement en tactile (il n’y a qu’un seul et unique bouton en dehors du tactile), a aussi ses limites. En mode « sport », il faut parfois s’y reprendre à plusieurs fois pour valider un choix, là où un bon vieux bouton s’avère souvent plus efficace.

Des atouts d’une vraie sportive

Ceci est dit. Mais à côté, la Polar Ignite 2 est une excellente montre pour le prix affiché (229€), offrant de nombreuses possibilités pour un vrai poids plume (35 grammes) qui peut en faire un argument de choix pour le public féminin. Un bon choix assurément même si, en tant que sportif et dans un budget pas beaucoup plus élevé, on glisserait plutôt chez Polar vers la Vantage M2 à 299 € qui en donnera plus sur la programmation détaillée d’entraînements ou la récupération, avec une autonomie plus significative en activité (30 heures promises, voire jusqu’à 100 heures en mode économique).

Parmi les bons points, l’Ignite 2 embarque par exemple une multitude de profils sportifs, ce qui est plutôt rare pour une montre de cette gamme de prix. Pas de profils multisports (avec transition en triathlon) mais bien la possibilité d’aller nager (même en eau libre) ou de pratiquer une série de sports dits de salle en plus des classiques vélo ou course à pied.

Et les données fournies par le capteur de fréquence cardiaque au poignet sont – comme ce que nous avons constaté avec la nouvelle génération des Polar – plutôt fidèles à la réalité (ou du moins cohérentes), même si rien ne vaut la précision d’une ceinture cardio externe qui peut évidemment être couplée à la montre. Pour l’analyse des données de sommeil et les conseils d’entraînement avant une séance basée sur votre récupération ou vos précédentes séances – deux des nouveautés de cette version 2 -, c’est évidemment un plus notable.

Une approche du coaching intéressante dans une optique non compétitive

© Polar

On soulignera, comme c’était déjà le cas sur la version 1, une analyse du sommeil (qui tient compte à la fois de la respiration et de la fréquence cardiaque) poussée et un programme de suggestion d’entraînement au quotidien (FitSpark) avec une approche innovante, surtout vis-à-vis du public visé. Ici, on n’est pas d’une optique de préparation à un objectif fixé mais bien dans une logique d’amélioration de la santé, en tenant compte à la fois de vos dernières sessions de sport mais aussi de votre vie de tous les jours (récupération, sommeil…). Ce qui permet à votre montre de vous proposer des entraînements adaptés (en course à pied mais aussi en musculation, en renforcement ou encore en relaxation) pour vous améliorer sur la durée tout en prenant un compte une série de facteurs autres que votre seul potentiel sportif. Certes, ce ne sont pas les séances les plus abouties mais c’est largement suffisant pour une progression constante pour la plupart des sportifs qui pratiquent dans une optique de santé. 

On aime

  • La qualité des analyses de données et des suggestions d’entraînement pour une montre de cette gamme.
  • Un excellent rapport entre fonctionnalités (profils sportifs, analyse, look) pour le prix (229 €), malgré l’augmentation de 30 euros par rapport au modèle précédent. Cela reste en dessous d’un concurrent comme la Vivoactive 4 de Garmin (299,99 €)
  • Le rendu de l’écran AMOLED et la légèreté de la montre.

On n’aime pas

  • C’est un poids plume certes, mais l’autonomie est trop légère pour qui a une pratique sportive régulière.
  • La mise en veille rapide de l’écran qui oblige à donner un coup de poignet ou à appuyer sur l’unique bouton pour obtenir un visuel sur les données.
  • Un tout au tactile pas toujours des plus efficaces lors d’une activité sportive.
  • Une gestion des notifications du smartphone (juste on ou off) sur la montre qui peut vite les rendre envahissantes.

Fiche technique

  • Modèle : Polar Ignite 2
  • Prix : 229 €
  • Poids : 35 grammes
  • Autonomie : 5 jours en veille, une petite dizaine d’heures en activité.