Etudiante et sportive professionnelle, une double vie qui est celle de la jeune Téa Lamboray. Arrivée en France l’année de ses 4 ans, elle a rapidement pris goût au ski. Son talent et son amour pour le ski lui ont permis de rapidement grandir dans son sport.

« Vers l’année de mes 4 ans, on est parti en France et puis on a plus bougé du tout. J’ai commencé à faire du ski en France parce que c’était un peu le sport local. Et puis je suis monté en étape, je suis passée au pré-club. Je suis ensuite montée au club et là, dans les catégories, à chaque fois je me maintenais. C’est à dire que j’arrivais à passer le cap au-dessus. J’étais dans le groupe qui montait mais je n’étais jamais la tête de groupe. Et puis, arrivée en U16, j’ai intégré de pôle espoir régionale, ça a vraiment été un cap pour moi. Je commençais à gagner mes premières compétitions, à faire des Top 5 nationaux, et derrière, je suis entrée au Comité. Et il y a maintenant deux ans, j’ai intégré le collectif national de l’équipe de France de ski alpin. » raconte Téa.

© Téa Lamboray

Une double vie

« Pour moi ce n’est pas un poids car c’est vraiment important de garder les études à côté du sport. » explique la skieuse.

Actuellement à la Fac de Grenoble, elle tient à poursuivre ses études malgré sa carrière professionnelle. Elle bénéficie cependant d’un arrangement scolaire afin de réaliser ses deux projets ; Tout est en distanciel et seules 4 semaines par an sont en présentiels. Une bonne organisation et une détermination claire sont donc de rigueur.

« On a des podcasts en ligne à regarder quand on veut donc c’est vraiment adapté aux sportifs. » développe Téa.

Le soutien indispensable d’une station

La station de ski des Orres, située dans les Alpes du Sud, dans le département des Hautes-Alpes l’accueille en hiver dans un cadre naturel exceptionnel. Depuis son domaine skiable qui culmine à 2720m d'altitude en balcon du lac de Serre-Ponçon, Téa peut admirer le panorama sur le Parc National des Ecrins d’un côté et le massif du Parpaillon de l’autre tout en profitant du soleil des Alpes du Sud.

Le soutien d’une station comme les Orres est très important dans le développement de sa carrière. Les infrastructures mises à disposition lui permettent de s’entrainer dans des conditions optimales. La station est en effet en partenariat avec son club et l’ESF.

« Ils sont très investis ce qui permet de développer les activités des jeunes. Le domaine skiable est assez technique et donc représente un camp d’entrainement parfait. » déclaré la jeune skieuse.

© Téa Lamboray

Des objectifs plein la tête

« Au niveau des compétitions, cette année aurait été une année très importante. Il y avait les Coupes d’Europe, j’ai réussi à en faire que deux cette année. Début de saison, j’ai été blessée et là je me suis blessée à deux semaines des dernières étapes. Là, mes coéquipières vont partir au Canada pour les Championnats du Monde junior. C’est vrai que c’était un objectif que j’avais coché dans ma saison parce que c’est la dernière année où je peux y participer. C’est ma dernière année en tant que junior et les Championnats du Monde, c’est quand même quelque chose. C’est un peu une déception mais voilà, les blessures font partie du sport. Et, sur le long terme, forcément je rêve de grandes choses. Du coup j’ai passé la quinzaine des Jeux Olympiques à la maison, forcément tout le monde en rêve. Il faut avancer petit à petit et cette saison est une saison compliquée pour moi mais ça arrive, dans toutes carrières, ça arrive à tous les sportifs. » développe Téa Lamboray.

Retrouvez toute l’actualité sports extrêmes et aventure sur FreeRide by DH Les Sports+.

Site : https://www.dhnet.be/sports/omnisports/sport-extreme

Facebook : https://www.facebook.com/FreeRideByDHLesSports

Instagram: https://www.instagram.com/freeride_by_dhlessports/