Le cycliste belge veut réussir de nouveaux défis sportifs et organisationnels.

Nouveau Darkfest et nouvelle grande réussite. La crème de la crème du Slopestyle Mountainbike (NdlR : les participants enchaînent des jumps sur lesquels ils réalisent des figures à vélo) s’était une nouvelle fois réunie à Stellenbosch, en Afrique du Sud, pour un rendez-vous incontournable.

Un Belge est un des cadres du projet. Avec Sam Reynolds, l’organisateur de la manche sud-africaine, et Clemens Kaudela, Nico Vink a créé le parcours. Au programme: toujours plus de bosses et de situations extrêmes avec un public qui a une nouvelle fois répondu présent en nombre pour voir les riders enchaîner les figures à plusieurs mètres de hauteur dans un vignoble à la pente impressionnante.

Toujours au top de sa discipline, notre compatriote est revenu d’Afrique du Sud avec le trophée récompensant le rider avec le plus de style.

© Monster

Pour Vink, le Darkfest est, en plus d’un bon moment passé entre amis, un test grandeur nature pour l’organisation du Loosefest, la manche belge des Festseries. "J’ai déjà la tête tournée vers Malmedy", a-t-il déclaré.

Du 15 au 19 juillet, le Belge et ses compères tenteront de rassembler encore davantage de spectateurs que l’année passée mais surtout de surpasser leur propres limites. "Nous cherchons toujours à aller plus loin. Notre génération a dû lancer le mouvement et est donc consciente des limites actuelles pour faire du spectacle sans prendre de risques à outrance."

Il imagine par contre la nouvelle garde du Slopestyle réaliser des choses encore inimaginables à l’heure actuelle. "Il n’y a pas de limite. Les sauts seront de plus en plus gros. Les plus jeunes nous prennent comme modèles mais ils sont déjà capables, parfois à 16 ans, de nous égaler sur certains jumps."