Autres sports

Le Bruxellois souffre d'une nouvelle déchirure au coude droit et doit s'abstenir de judo pendant au minimum une semaine...

Rentré de Bakou tard dans la soirée de lundi, Toma Nikiforov avait rendez-vous chez un spécialiste du coude, ce mardi matin, à Anvers. Le Bruxellois avait hâte d'en savoir plus sur cette douleur aiguë malheureusement réapparue lors de son deuxième combat, en Azerbaïdjan, face au vice-champion olympique Gasimov, vieux renard des tatamis. Et le verdict médical s'est révélé sans appel : repos !

"Toma souffre d'une nouvelle déchirure au coude droit, fragilisé par l'ancienne datant du 7 avril, à Antalya. Sur le moment, c'était très douloureux et ça l'a empêché de défendre ses chances face au Portugais Fonseca et, surtout, face à l'Azéri Kotsoiev. Dans la foulée, nous avons pris les mesures d'urgence avec un tape et de la glace. Et la douleur s'est estompée..." explique Damiano Martinuzzi, l'entraîneur du Bruxellois.

Notre champion d'Europe a passé tous les examens nécessaires et devra donc observer un repos d'une semaine avant de remonter sur un tatami pour l'entraînement.

"Après Bakou, où il a quand même disputé quatre combats, décroché la septième place et engrangé 260 points au ranking mondial, clôturant ainsi la première année de qualification en vue des Jeux de Tokyo, Toma est au repos forcé jusqu'à dimanche avant de reprendre sa préparation pour les Jeux Européens, fin juin, à Minsk."

Et c'est justement en Biélorussie que le Schaerbeekois et son entraîneur partiront dimanche pour un stage de six jours avant de prendre la direction d'Israël.

"Nous serons accompagnés de Tom Verhoeven, kiné de la Fédé néerlandophone, toujours de bons conseils, vu son expérience, dans ce genre de circonstances. Mais je ne doute pas que Toma revienne à 100 % pour défendre son titre européen..."

Replacé dans la course à la qualification olympique avec deux médailles, l'argent à Marrakech et le bronze à Antalya, en cinq compétitions, Toma Nikiforov peut désormais s'attacher à préparer son objectif suprême : les Jeux de Tokyo !