Seuls Vincent Luis et Marten Van Riel, actuellement en stage dans les Pyrénées orientales, manquaient à l’appel de la "rentrée des classes", ce week-end, à Châteauroux, théâtre de la première manche du Grand Prix de France des clubs. Un événement autorisé sous un strict protocole sanitaire "Covid-19".

Au départ de cette épreuve labellisée "Sprint" (750 m de natation, 20 km à vélo, 5 km à pied), les Espagnols Javier Gomez et Mario Mola, les Norvégiens Kristian Blummenfelt, Gustav Iden et Casper Stornes ainsi que les Français Dorian Coninx, Léo Bergère et Pierre Le Corre ! Et, donc, Jelle Geens. Un plateau digne d’une World Series, dont le début de l’édition 2020 est toujours prévu le week-end des 5 et 6 septembre, à Hambourg.

Autant le dire d’emblée : la natation a joué un rôle prépondérant lors de cette épreuve puisque douze concurrents (avec, parmi eux, Coninx, Gomez et Blummenfelt) sont parvenus à s’isoler en tête. Parmi les piégés, à une dizaine de secondes à peine, Mola, Iden, Stornes et… Geens ! Le groupe de tête s’entendant bien, son avance grimpa à une demi-minute au terme des 20 km à vélo. Trop pour espérer encore monter sur le podium dans le chef des poursuivants, malheureusement réputés moins bons nageurs…

La victoire se joua au sprint entre trois triathlètes, Javier Gomez ayant lâché prise auparavant. Et ce fut Dorian Coninx qui s’imposa, en 51.55, devant Blummenfelt et Bergère. Gomez coupa, quant à lui, la ligne d'arrivée en quatrième position, devant l’Italien Pozzati et le Français Le Corre. Puis, apparut… Jelle Geens !

Auteur du meilleur chrono en course à pied (14.29 pour 5 km), le Limbourgeois avait avalé cinq concurrents du groupe de tête pour s’offrir une superbe septième place, en 52.25. En comparaison, Mario Mola dut se contenter de la 20e place avec un chrono, à pied, de 15.36, assez loin de son meilleur niveau.

Rendez-vous désormais les 5 et 6 septembre, à Hambourg, où Jelle Geens avait décroché la médaille de bronze l’an dernier, juste après sa magnifique victoire à Montréal…