Parmi ces 21 entraîneurs, 12 seraient mis en cause pour "des faits de harcèlement ou d'agressions sexuelles", dont trois ont été condamnés par le passé à des peines d'emprisonnement fermes ou assorties de sursis. La plupart des autres dossiers concernent des "violences physiques ou verbales".