La fédération belge n'a toujours pas sanctionné Meirhaeghe et la confusion est totale

LIVIGNO A priori, la dernière manche de la Coupe du Monde, qui sera disputée cet après-midi en Italie, devrait, comme cela se passe dans toutes les disciplines, être clôturée par le sacre du vainqueur final, et l'habituelle cérémonie protocolaire. Et l'excitation devrait être à son comble, puisque les positions sur le podium pourraient encore être chamboulées.

Mais ce genre de perspective ne vaut que si, en toute logique, le nom de Filip Meirhaeghe avait été rayé du classement général qu'il dominait avant d'être contrôlé positif à l'EPO, avant le Jeux Olympiques. Dans ce cas, on retrouverait Christoph Sauser en tête de cette Coupe du Monde, avec cent unités d'avance sur un Roel Paulissen motivé à l'idée d'encore essayer de coiffer son équipier suisse (une victoire rapportant 250 points) dans cette dernière manche, cet après-midi.

«Mais ce week-end, on ne saura rien, il n'y aura pas de podium final ce dimanche, alors que l'on disputera la dernière manche de cette Coupe du Monde!» lâchait hier un Roel Paulissen pour le moins dépité. Et c'est que la situation est des plus surréalistes! «La fédération belge n'a, en effet, pas encore sanctionné Meirhaeghe sportivement. Popeye est donc toujours officiellement en tête de la Coupe du Monde, Sauser, 2 e et moi, 3 e . Et si je me pro jette dans l'avenir, les points de chacun ne resteront pas en l'état une fois Filip retiré de ce classement car, a priori, Sauser récupérera des unités au petit jeu des calculs, une fois que Filip aura été officiellement exclu de ce classement. Je compterai alors 200 points de retard, et pas 100 comme c'est le cas aujour- d'hui. Vous l'aurez compris, cette situation est incroyablement confuse. Comment voulez-vous trouver la motivation de vous battre pour tenter de regagner une place au classement si rien n'est acquis et que tout évoluera encore une fois que la fédération belge aura clarifié la situation?»

Comble de cette histoire belge, Filip Meirhaeghe, contrôlé positif, passé aux aveux, et qui s'est déclaré retraité voici plus d'un mois, est donc toujours leader du classement général de la Coupe du Monde et pourrait revendiquer une participation à la course de cet après-midi à Livigno. Il n'en sera évidemment rien, même si l'intéressé n'a pas manqué d'évoquer le sujet, avec une pointe d'ironie...

Dans ce flou artistique, Roel Paulissen, déçu de ses quatrièmes places aux JO, puis aux Championnats du Monde, se contentera donc de livrer une bonne course et d'assurer sa - toujours virtuelle - 2e place au général. «Oui, on peut dire que j'évolue presque à domicile, puisque je réside en Italie (rires). Plus sérieusement, il s'agit d'un très long parcours, et d'une course que je qualifierais d' old school, à l'ancienne. Qui pourrait me convenir. Mais je vais m'efforcer de faire une belle course, sans pression particulière, et confirmer ma 2e place dans cette Coupe du Monde.»

© Les Sports 2004