Couvin-Mariembourg devra vivre sans Cabaraux

Le manager sportif va quitter son poste pour se consacrer entièrement à son métier d’agent de joueurs et à sa famille.

Thomas Bechet
Couvin-Mariembourg devra vivre sans Cabaraux

Le manager sportif va quitter son poste pour se consacrer entièrement à son métier d’agent de joueurs et à sa famille.

Coup de tonnerre du côté du stade du Roi Soleil. Le directeur sportif de Couvin-Mariembourg, Raphaël Cabaraux, a annoncé son départ au terme de la saison. Une nouvelle surprenante, tant il occupe une place prépondérante dans le matricule 248 depuis plus de dix ans. Une décision difficile à prendre pour Raph pour qui le club représente trente-cinq ans de sa vie. "C’est une résolution que j’ai prise il y a un mois et demi et qui est mûrement réfléchie", explique l’un des hommes forts des couleurs fagnardes. "Je l’ai communiquée à la direction et au staff il y a un mois. Pour les joueurs, j’ai attendu la semaine passée pour leur dire."

Les raisons du départ du manager sportif fagnard sont d’ordre professionnelles et familiales. "J’ai de plus en plus de difficultés à être présent aux matches de Couvin-Mariembourg, ainsi qu’aux entraînements. Or, c’est important d’y être, pour parler avec les joueurs. Mon métier d’agent prend de plus en plus de place. J’ai un joueur qui, logiquement, va partir à l’étranger au mois de janvier. Je dois l’accompagner. Ma place doit être auprès de mes joueurs. Je dois les suivre au maximum. Or, pour l’instant ça devient compliqué. Et j’ai aussi une famille. Ma grande fille est entrée aux études supérieures. Le week-end dernier, je pense que je l’ai vue une heure en trois jours. Ça commence à me peser fortement."

Cela implique que Raph ne sera plus la personne de référence et le négociateur implacable pour les transferts chez les Fagnards. "Je ne veux pas être un consultant pour le club. Sinon, ça ne sert à rien que je parte. Maintenant, si Couvin-Mariembourg est intéressé par des joueurs qui sont dans mon portefeuille, je me mettrai à table avec eux. Mais cela ne m’empêchera pas d’aller voir l’équipe quand j’aurai le temps. Couvin-Mariembourg ne se résume pas à une seule personne. Le club c’est 90 bénévoles, sans qui le matricule ne vivrait pas, 300 jeunes, 22 joueurs de l’équipe première et 15 entraîneurs."

Raphaël Cabaraux , une personne emblématique, sympathique, sans langue de bois, humble, qui va laisser un vide dans la famille de la RES Couvin-Mariembourg.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be