Clap de fin pour Nicolas Pedini

Pas de troisième saison à Couvin-Mariembourg pour le Doc qui ne souhaite plus faire autant de sacrifices pour le football.

Thomas Bechet
Clap de fin pour Nicolas Pedini

Pas de troisième saison à Couvin-Mariembourg pour le Doc qui ne souhaite plus faire autant de sacrifices pour le football.

De retour de suspension, samedi, face à Waremme, Nicolas Pedini a livré, à l’image de son équipe, une bonne prestation. Si le médian et ses partenaires ont pu savourer cette victoire (3-1), les nouvelles que nous donnait le Doc sur son avenir footballistique chez les Fagnards étaient moins réjouissantes. "Je ne rempilerai pas pour une troisième saison. C’est ma dernière à Couvin-Mariembourg", annonce-t-il. "Cela devient très difficile de concilier mon travail, qui est très prenant, et le football. J’ai aussi ma vie de famille. J’habite à Ransart. J’ai toujours 50 km aller et retour pour venir à Mariembourg. Je le fais trois fois par semaine, plus les matches le week-end. Je vais prendre un peu de recul par rapport à tout ça, où les déplacements et les contraintes commencent à peser."

Même si les Fagnards se maintenaient en D2 amateurs, Nicolas Pedini ne fera plus parler son talent dans les installations du stade du Roi Soleil. "Ce n’est pas négociable. L’année dernière, j’avais dit au directeur sportif, Raphaël Cabaraux, que je voulais bien poursuivre pour un an. Mais, cette fois-ci, ma décision est prise et je ne souhaite plus faire autant de sacrifices pour le football."

Cette résolution, le médian la prend à contrecœur. "Je n’ai que 32 ans. Je pense avoir encore les capacités pour jouer à ce niveau-là quelques années. J’ai fait une belle carrière, compte tenu de mes études et de ma profession. Je suis content de terminer ici, à Couvin-Mariembourg, avec une bande de copains."

À l’heure actuelle, le Doc ne sait pas encore s’il tirera un trait définitif sur le football ou s’il poursuivra dans un club en divisions provinciales. "Je vais regarder s’il y a une opportunité de jouer pas loin de mon domicile, sans trop de contraintes. Mais, pour l’instant, il me reste huit finales avec Couvin-Mariembourg. Je veux d’abord penser à cet objectif. Ma tête est toujours bien ici. Mon plus beau cadeau de départ, ce serait le maintien."

S’il n’évoluera plus sous les couleurs fagnardes, Nicolas Pedini le promet, il viendra encore de temps en temps voir ses copains de Couvin-Mariembourg.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be