Brabant Wallon Les Castors sans Samuelson mais avec Trahan-Davis, Christinaki et Harvey-Carr.

Schio rappelle des bons souvenirs aux Brainoises qui l’avaient emporté à l’aller (63-60). Les dames de Pascal Angillis seront fatalement attendues de pied ferme dans la région vénitienne. Rassurée sur l’état de sa cheville, Céleste Trahan-Davis sera de la partie tout à l’heure, à l’instar de l’Américaine Harvey-Carr et de la Gréco-Chypriote Christinaki, nouvellement arrivées.

Si l’intérieure US n’était pas qualifiée le week-end dernier, l’Héllène a déjà pu montrer de quel bois elle se chauffait. Dans un contexte favorable (Ottignies et Lummen se battent pour le maintien), Eleanna Christinaki a obtenu une moyenne de 17 points, 8 rebonds, 3,5 interceptions et 2 passes décisives. À tout juste 22 ans, elle a hâte que les choses sérieuses commencent.

"En signant à Braine, un rêve est devenu réalité car je vais pouvoir jouer l’EuroLeague. J’ai été très bien acceptée dans l’équipe. Je préfère naturellement shooter mais si le coach veut que je passe, que je dribble ou que je joue dur en défense, je m’adapterai", promet Christinaki.

En annonçant qu’une défaite en terre vicentinoise n’altérerait pas les chances de qualification des Castors, le président Platieau a voulu faire descendre un peu la pression. Qu’on ne s’y trompe pas : un succès ce soir et un autre mercredi prochain à Villeneuve d’Ascq relanceraient la machine brabançonne à la peine depuis le 24 octobre 2018, qui correspond au seul succès belge en EuroLeague. Les Italiennes ont, pour leur part, récolté sept défaites de rang. Le club belge a enregistré une bonne nouvelle. Vu l’impossibilité technique de jouer au Spiroudôme le 23 janvier, la formation brainoise a annoncé qu’elle avait obtenu de la Fiba une dérogation "unique et exceptionnelle" pour jouer dans ses murs, à la salle André Renauld face à Polkowice. Par ailleurs, le déplacement à Schio sera l’occasion pour l’assistant-coach Muylaert de saluer la terre de ses ancêtres. Les grands-parents et la mère de Patrick ont vécu à Dueville, à 25 km de Schio. L’assistant a prévu d’effectuer une petite visite.

Le casse-tête de la Coupe

En disposant facilement vendredi du Rebond Ottignies (37-87), les Castors Braine se sont qualifiées pour les quarts de finale de la Coupe de Belgique. La nouvelle serait réjouissante si elle ne compliquait encore un peu plus l’agenda démentiel des Brabançonnes qui vont jouer sept rencontres d’ici fin janvier. Engagé en EuroLeague, Braine n’avait pas trouvé de date en décembre pour défier les Ottintoises. La rencontre face aux Phantoms Boom (l’adversaire de Eerste Landelijke en quarts de finale) est censée se disputer avant le 15 janvier et la demi-finale éventuelle face à Namur doit se disputer en deux manches aller-retour avant fin février. Les Castors seront aussi extrêmement occupées ce mois-là avec trois matchs d’EuroLeague et quatre rencontres de championnat. Sachant que la finale de la Coupe de Belgique est planifiée au 17 mars, le casse-tête est total. Si passer de deux à trois matchs hebdomadaires augmenterait encore les cadences infernales des Rongeuses, il n’est pas sot de penser que certaines rencontres de championnat seront déplacées pour la (bonne) cause.