L'homme, assistant nivellois en TDM2 et président du BC Brainois (P1).

BC Brainois - Nivelles (77-82) était assurément l’affiche du week-end en P1. Les Brainois caressaient l’espoir d’infliger sa première défaite au voisin aclot, ils auront au final écopé d’un second revers.

Un match que Christophe Brassart, le président du BCB, a vécu en compagnie des Nivellois à… Spa, où la TDM2 aclote se déplaçait. Christophe est en effet l’un des assistants du coach Sébastien Dufour.

"On était tous derrière mon GSM. Là, j’avais enlevé ma casquette nivelloise. À la mi-temps, quand Brainois menait d’un point, plus personne ne me charriait. Après, on a eu un peu moins voix au chapitre et il y a eu moins de suspense même si on est bien revenu sur la fin."

Braine n’était pas loin de l’exploit : "Nivelles a bien défendu et s’est montré davantage constant mais nous, on se met aussi trop la pression."

Le BC Brainois est monté de P2 l’an dernier. Il vient de se renforcer avec les arrivées de Pascal Orban et d’Antoine Cariat.

"On est paré niveau taille et expérience, même si l’objectif reste le maintien. On ne tire aucun plan sur le comète et la saison est longue. Avec une défaite de plus, on retombe dans le ventre mou du classement. On a une équipe avec pas mal de potentiel et quand tout le monde est là et en forme, c’est clair qu’on peut battre n’importe qui dans la série."

Les résultats actuels sont à la fois le fruit d’un recrutement bien ciblé (opéré chez le voisin waterlootois) et d’une bonne direction sportive.

"Notre coach Dedy Murairi a bien du mérite. L’équipe a du caractère, il est arrivé à se faire respecter et s’adapter. En plus, les nôtres ne sont pas non plus les champions de Belgique de l’assiduité aux entraînements", constate le président. L’affrontement contre le voisin, Braine 2001, ce jeudi, jour d’entraînement, tombe donc bien.