Brabant Wallon Pour se maintenir en D2 amateurs, Walhain doit remporter ses deux derniers matchs et espérer un faux pas de ses rivaux.

En s’inclinant contre Visé, Walhain a réalisé une mauvaise opération dans la course au maintien, d’autant que dans le même temps, Acren s’est imposé 3-0 face à Solières. Une situation qui complique considérablement la situation des Walhinois, désormais obligés de réaliser un six sur six contre l’Olympic et La Louvière, tout en espérant un faux pas de leurs concurrents (Acren ne peut pas faire mieux qu’un 1 sur 6 ou Solières doit signer un 0 sur 6). "On a vécu un match compliqué dimanche. Nous étions bien en place avant l’ouverture du score de Visé et puis on a baissé les bras en seconde mi-temps, notamment après le 0-2", se rappelle Gilles Denayer, le défenseur du Wallonia Walhain.

Face à Visé , Walhain n’est pas parvenu à afficher le visage qui fut le sien lors des dernières semaines, celui qui lui avait permis de reprendre espoir. "C’est vrai qu’on n’a pas revu le Walhain des semaines précédentes. Mais n’oublions pas non plus qu’il y avait des joueurs de qualité en face de nous. Pour moi, c’est d’ailleurs la meilleure équipe contre qui on a joué cette saison."

Plus inquiétant, l’absence de Celestine sur le front de l’attaque s’est clairement fait sentir. Alors qu’ils ont besoin de points, et donc de marquer des buts, les Walhinois n’ont pas vraiment inquiété la défense de Visé. Et pourtant, s’ils veulent se sauver, les joueurs de Walhain devront se montrer plus conquérants. "L’absence d’Enzo Celestine est un handicap. Il pèse beaucoup sur les défenses adverses, même si ses remplaçants ont fait ce qu’ils pouvaient."

Abattus après la rencontre, les Walhinois veulent toutefois continuer d’y croire. Et même s’il faudra un miracle, Gilles Denayer veut rester positif. "Cette défaite contre Visé est tombée au pus mauvais des moments. Il nous reste désormais deux rencontres à disputer, contre l’Olympic et La Louvière, nous sommes obligés de les remporter, tout en espérant un faux pas d’Acren. Nous sommes conscients que notre situation est compliquée mais tant qu’il y a de l’espoir, nous allons continuer à y croire. En football, tout peut arriver."