Lancée il y a un an, la Goalkeepers University basée à Braine-l’Alleud a bien grandi. Tellement bien grandi que cette semaine, un stage réservé aux gardiens de but est organisé dans les installations de l’ES Brainoise.

Au total, 24 gardiens vivent des séances intenses avec des exercices uniquement dédiés à leur poste, et encadrés par des gardiens expérimentés, comme Nicaise Kudimbana par exemple. "Il n’y a pas beaucoup de stages en Belgique organisés uniquement pour les gardiens et rares sont ceux proposant autant d’heures d’exercices dédiés à 100 % aux gardiens", se félicite Esteban Salido, à l’origine de la Goalkeepers University.

Au programme de la semaine : des exercices concentrés sur ce poste si particulier, la présence d’un préparateur physique, du jeu au pied et même du beach soccer. "Il est important de travailler tous les fondamentaux de ce poste de gardien de but."

© Sterpigny

Des gardiens trop souvent délaissés lors de leurs entraînements en club, qui doivent trop souvent de se contenter de prendre place dans les buts lors des phases de jeu réservées aux joueurs de champ. De quoi les empêcher de réellement progresser alors qu’ils ont besoin de ces exercices spécifiques, ce qui est encore plus vrai pour les jeunes gardiens. "Les coachs joueurs ne comprennent pas toujours le monde du gardien de but. Les mettre dans le goal sur des phases de jeu où ils toucheront un ballon toutes les trois minutes n’est pas productif. Il est bien plus intéressant de les laisser s’entraîner avec un entraîneur des gardiens, surtout à cet âge-là, ce qui leur permettra de travailler situations qu’ils vont retrouver le jour du match."

Lors de ce stage, les organisateurs soignent également les détails via des analyses vidéo. "On effectue ces analyses vidéo pour qu’ils se rendent compte des défauts à travailler et faire d’eux de meilleurs gardiens."

Durant l’année, la Goalkeepers University tourne à plein régime. "80 gardiens sont déjà passés par l’académie et une quarantaine sont devenus réguliers. En un an, pourtant marqué par le Covid, je suis ravi de la réussite de ce projet qui ne demande qu’à grandir."

© Sterpigny