Deux jours après sa victoire au gala Fight Covid 2 et le gain de la ceinture ISKA Europe, Hélène Connart est toujours sur un petit nuage.

"Je n'arrive toujours pas à enlever le sourire de mon visage depuis que que j'ai la ceinture au tour de la taille", débute-t-elle. "C'est une énorme satisfaction, l'aboutissement de nombreux mois de travail."


C'est aussi une revanche, elle qui avait perdu son dernier combat, il y a de cela un mois.

 "Ce titre m'était passé sous le nez il y a un mois à la suite d'une décision très contestable. Je me suis immédiatement remise au travail pour aller chercher ce titre dans la catégorie de poids juste au-dessus de la mienne. Un titre qui nous revenait de droit. On peut parler de revanche prise car j'avais vraiment envie de prouver ma place dans ce ranking européen. J'ai tout donné pour ne pas laissé de placer au doute."


La preuve avec un combat maitrisé de bout en bout. "Physiquement et mentalement, j'étais prête. Je n'ai montré aucun signe de fatigue, je suis restée en permanence en mouvement et je suis ravie de voir que j'évolue techniquement de combat en combat."

Cette ceinture ISKA, elle doit désormais ouvrir de nouvelles portes à la Brabançonne.

"Elle est très reconnue et respectée dans le monde du pieds-poings. Un titre qui a de la valeur et qui j'espère m'emmènera vers la ceinture mondiale. Remporter ce genre de ceinture, ça vous met un peu dans la lumière et ça pourrait me permettre d'être repérée par les plus grosses fédérations mondiales. En décrochant ce genre de titre, on prouve qu'on a les capacités pour aller relever d'autres défis et défier les champions de ces grosses fédérations."