Ismael El Omari a inscrit trois buts en deux rencontres avec l’AFC Tubize.

Ismael El Omari joue-t-il de manière plus libérée depuis le départ de Sylvain De Weerdt ? Il vient en tout cas de faire trembler les filets à trois reprises, ces deux dernières journées.

"La chance a tourné ! On travaille tout aussi dur qu’avec Sylvain De Weerdt, mais le ballon ne voulait pas rentrer. La différence pour moi, c’est que j’ai joué à ma place de prédilection, en numéro 10. C’était la première fois à Tubize. J’ai toujours dû compenser une absence en allant sur le flanc ou à la pointe de l’attaque, alors que ce n’est pas ma meilleure position sur le terrain", avance l’intéressé.

Efficacité retrouvée

Là où l’ancien entraîneur prônait la flexibilité, Laurent Demol mise sur les automatismes. "On récolte le fruit de notre travail depuis le début de la saison. La différence entre les deux coachs ? Peut-être que l’entraîneur actuel positionne davantage ses joueurs à leur place. Moi, j’ai réalisé ma meilleure prestation cette saison."

Grâce à cette efficacité retrouvée et à leur combativité, les Tubiziens sont remontés à la 14e place au classement. Une progression qui demande confirmation, ce samedi contre le RWDM.

"En fin de match, j’aurais pu réclamer un penalty contre Dender, mais je ne l’ai pas fait parce que je suis à deux jaunes et je ne voulais pas louper le derby de la semaine prochaine", souffle-t-il. "C’est contre le RWDM que j’avais inscrit mon premier but et puis je viens de Forest, donc c’est spécial pour moi. Chez les jeunes, j’évoluais à l’Union Saint-Gilloise et les rencontres face au RWDM étaient toujours très intéressantes."

Les Tubiziens afficheront-ils toujours ce visage offensif et conquérant ?

"Si tu veux gagner, il faut jouer de la sorte. Malgré les deux buts trop facilement concédés, on a su réagir contre Dender en jouant vers l’avant", lance le meilleur buteur sang et or (4 réalisations).