Dans la zone rouge, les Tubiziens n’ont pas le temps de gamberger.

Comment vont réagir les joueurs de l’AFC Tubize amenés par Sylvain De Weerdt, après son limogeage dimanche dernier ? Malgré plusieurs offres, Naïm Aarab a choisi les Sang et Or en début de saison, en grande partie pour l’ex-entraîneur.

"Je devais signer à Deinze, puis j’aurais pu aller au RWDM et j’ai même des touches à l’étranger. Mes enfants jouent à Tubize et j’ai assisté à plusieurs entraînements. J’étais impressionné, notamment par les corrections apportées par Sylvain. J’ai discuté avec la direction, passé un test et Sylvain De Weerdt a directement donné son feu vert. Évidemment, quand tu viens avec un entraîneur, tu sais qu’il y a ce risque qu’il soit viré. La réaction dépend du mental du joueur", affirme-t-il.

Vu l’expérience du Bruxellois de 31 ans, peu de chance de le voir baisser les bras.

Il doit tout de même digérer la nouvelle. " Nous avons eu une réunion et tout le monde est conscient de ce que Sylvain De Weerdt a apporté. Il a su créer un groupe, malgré les nombreuses arrivées. Avec les défaites, on pourrait dire que c’est logique, mais personnellement je lui aurais laissé un peu de temps. La direction a pris ses responsabilités et je respecte bien entendu la décision. Sylvain a su mettre en place des bases et un fonctionnement, on espère tous que Laurent Demol, le nouvel entraîneur, apportera une petite touche supplémentaire qui nous permettra de remonter au classement", ajoute Naïm Aarab, auteur d’un très bon début de saison.

L’ancien Carolo a découvert cette semaine la méthode Laurent Demol. "Il est très calme, très posé et réfléchi. Il a directement mis le doigt sur ce qui n’allait pas : la finition. Il y a un manque de réalisme dans l’équipe alors qu’on se crée à chaque fois des occasions à 0-0 pour prendre l’avance au marquoir. Il met l’accent sur cet aspect et sur le fait de former un groupe. Nous devrons être soudés pour sortir de la zone rouge."