Avec des records personnels sur 100 m (12.23) et sur 200 m (24.61), vendredi au stade de la Dodaine à Nivelles, et un bon 400 m haies bouclé en 62.99, un chrono guère éloigné de son record (62.63), sur la piste détrempée du stade Roi Baudouin, dimanche, Kylie Lambert, 16 ans, a connu un week-end de compétition plus que satisfaisant.

"Je suis très contente de mes nouveaux records en sprint", acquiesce la jeune athlète du RCABW qui, quelques jours plus tôt à Braine, avait surpris en devançant sur 400 m la favorite Liefde Schoemaker. "C’était une bonne surprise, je ne m’y attendais pas du tout car elle est beaucoup plus forte."

Au Brussels Grand Prix, la scolaire ne disputait que le troisième 400 m haies de sa jeune carrière, la discipline dans laquelle elle aimerait s’illustrer plus tard. "L’an dernier, j’évoluais encore sur 300 m haies et ces 100 mètres changent beaucoup de choses au niveau de la gestion de course. Mais le 400 m haies, c’est un peu mon épreuve coup de cœur : j’ai un peu tout testé mais j’accroche vraiment avec celle-ci."

Et ce n’est sans doute pas un hasard si cette jeune fille, "quasi née sur une piste d’athlétisme" dixit son papa mais qui a aussi essayé la natation, le tennis, le volley ou encore l’équitation, soit éprise de cette discipline qui fut également celle de sa coach, Carole Bam, il y a quelques années. Quant à la maman de Kylie, Laurence Guillet, c’est sur les haies hautes qu’elle continue à s’illustrer en tant que championne d’Europe et vice-championne du monde de sa catégorie en Masters.

"Un jour, lors d’une compétition à Namur, alors que nous étions encore à l’Excelsior, Carole m’a lancé en guise de boutade : ‘J’irai aux JO avec ta fille.’ Et finalement, je l’ai prise au mot", rigole John Lambert, le papa de Kylie qui a, lui, pratiqué le motocross pendant plusieurs années. "Nous avons décidé de rejoindre Carole il y a trois ans et depuis, Kylie s’épanouit dans son groupe d’entraînement."

Un groupe au sein duquel elle côtoie Cynthia Bolingo notamment. "Je m’y sens bien parce qu’il règne une bonne ambiance et que j’apprécie mes partenaires d’entraînement, des personnes dont je suis très proche", souligne Kylie, repartie sur de très bonnes bases après une mauvaise chute, en 2019, au meeting de Nivelles.