Pendant 90 minutes, on s’est demandé qui était le véritable candidat au tour final.

Au moment de préfacer la rencontre, rares étaient ceux prêts à miser le moindre euro sur une victoire tubizienne. Pourtant, au terme des 90 minutes, un constat s’imposait : Tubize n’a pas volé sa victoire, loin de là.

Bien organisés, les Sang et Or ont contenu les Molenbeekois durant le premier acte, se montrant même réalistes en convertissant en but leur seule frappe cadrée de la première mi-temps. Un bijou d’El Omari que personne n’oubliera. "Je contrôle la balle et je ne me pose pas de questions. Je suis d’autant plus fier de ce but que mes proches étaient dans la tribune", confie le buteur.

Tubize parvenait même à faire le break dès la reprise lorsque Garlito convertissait un penalty stupidement concédé par Sadin. "C’est la deuxième fois en deux semaines. Un gardien ne doit jamais sortir de la sorte à cet endroit", peste Fred Vanderbiest.

Les Molenbeekois ont bien réduit la marque via Fabre mais jamais ils n’ont semblé en mesure de retourner totalement la situation tant les Sang et Or ont fait preuve de… maturité. Un comble pour cette jeune équipe opposée à l’expérimentée armada molenbeekoise. "Je peux féliciter mes joueurs qui ont été très professionnels. Nous avons beaucoup travaillé depuis le 15 juillet et cette victoire, c’est une première récompense", précise Sylvain De Weerdt.

Une jeune équipe tirée par quelques joueurs d’expérience qui font la différence. "Avec De Bie, Aarab, Goudiaby, Garlito et El Omari, nous disposons d’une colonne vertébrale expérimentée qui tire les autres joueurs vers le haut."

Avec un bilan de 7 sur 12, Tubize surprend en ce début de saison et fait taire ses détracteurs qui voyaient déjà l’équipe condamnée à se battre pour sauver sa peau en D1 amateurs. "J’avais dit que nous aurions besoin de six semaines pour trouver le bon équilibre. Cela ne fait que trois semaines mais j’avoue que nous avançons plus vite que prévu. Mais pas question de vouloir viser plus que le maintien. Nous avons besoin d’une année pour construire."

Liard avait rêvé d’un autre retour

 Au sein de l’effectif molenbeekois, plusieurs joueurs et membres du staff ont transité par Tubize. C’est le cas de Philippe Liard. Replacé au poste de back gauche en raison des blessures de Cabeke et Verboom, le Français avait rêvé d’une autre issue pour son retour au stade Leburton. “Concernant ma place sur le terrain, j’ai dit au coach que je jouerais là où il en a besoin, peu importe la position. Cela faisait longtemps que je n’avais plus joué à cette position, j’ai essayé de donner le meilleur de moi-même mais au final, je suis très déçu du résultat.”

L’émotion était spéciale au moment de monter sur la pelouse pour l’ancien Tubizien. “C’était particulier de revenir jouer dans ce stade, dans un club au sein duquel j’ai vécu de grands moments pendant quatre ans. J’ai eu un petit pincement au cœur même si aujourd’hui, tout a changé.”