Brabant Wallon Le BW Nivelles domine la Ligue B avec onze victoires en douze matchs.

C’est la bonne surprise pour la première partie de saison en volley dans le Brabant wallon. Là où l’Axis Guibertin peine en Ligue A, le BW Nivelles domine la Ligue B, l’anti-chambre de la Ligue A, un échelon qu’il connait depuis pas mal de saisons et qui peut peut-être expliquer ce superbe bilan du premier tour de onze victoires en douze matchs.

"C’est vrai qu’au départ, on ne s’y attendait pas. C’est la bonne surprise, lance Francis Offermans, l’éternel président du club aclot. Mais on peut l’expliquer par les quelques transferts que nous avons faits."

Sans avoir cassé sa tirelire, le club nivellois a fait venir de la qualité et de l’expérience. "Un joueur d’Haasrode (NdlR : Ligue A), un jeune de Walhain Damien Bouvier et Van de Wiele qui évoluait en Flandre, détaille le big boss. Tous ces éléments faisaient qu’au début de saison, on espèrait pouvoir réaliser le meilleur championnat de notre Histoire en Ligue B."

De là à rêver à dominer la série et à passer les fêtes de fin d’années en tête, il y a un pas que les Nivellois n’espéraient pas du tout pouvoir faire.

"Après, il y a quelques matchs, on était encore que quatrièmes, tempère Francis Offermans. On n’a pas fait attention au calendrier et nos rivaux s’étant rencontrés et nous ayant gagné contre nos principaux concurrents, cela fait qu’on s’est retrouvés en tête."

À Baulers, on reste les pieds sur terre car on sait que la deuxième partie de saison ne sera pas aussi simple.

"Mais nous, notre objectif reste d’atteindre le top 4 ! Notre saison sera dès lors réussie. On doit encore jouer Vosselaar qui, pour moi, est la meilleure équipe de la série."

"La Ligue A, il y du pour et du contre"

En terminant en tête à la fin du premier tour, il serait logique de nourrir des ambitions plus élevées en fin de saison. Devenu routinier de la Ligue B, le BW Nivelles veut-il rejoindre (ou croiser) l’Axis Guibertin en Ligue A ? “Il y a du pour et du contre, explique Francis Offermans. En fait, on ne s’est pas encore posé la question parce que ça ne faisait pas partie de nos objectifs. Ce ne sera à l’ordre du jour que dans plusieurs semaines. Et encore, peut-être.”

À Baulers, on n’a jamais en effet voulu vivre au-dessus de ses moyens et avoir les yeux plus gros que le ventre. “Avant tout, ce n’est pas une ambition personnelle mais nous ne fermons pas la porte. Nous devons tout analyser avant de prétendre à une montée. Financièrement, le niveau supérieur demande un effort bien plus important, notamment en frais administratifs, et le côté sponsoring maillot sera aussi affecté. Et le critère prépondérant sera la salle. Si d’emblée, on nous annonce que la salle n’est pas conforme, il est hors de question de quitter nos installations pour évoluer plus haut. En outre, nous ferons toujours confiance aux mêmes joueurs que cette saison tout en donnant leur chance à nos jeunes. Mais avant tout, il faut attendre la fin de saison, elle ne sera pas une promenade de santé.”