Mardi, l’Union Namur a lâché une nouvelle petite bombe au sein du football francophone, risquant de nous offrir un nouvel épisode dans une saga qui n’en finit plus. En effet, lundi, faisant suite à une première demande à l'ACFF de modifier les séries, le club a envoyé un courrier à tous les clubs de l'ACFF pour demander leur soutien, via son président Bernard Annet. Objectif, obtenir l'adhésion d'autres clubs afin de pouvoir obtenir des séries à 18, sans aucun descendant donc à l'issue de la saison 2019-2020. Pour cela, Namur a besoin de l'adhésion d'au moins un cinquième des clubs.

Une demande qui ne plait pas aux instances de notre football, et encore moins aux responsables du CP Brabant qui ont tenu à réagir. Pour l’occasion, c’est Pascal Vanden Bosch, le président du CP Brabant en personne, qui a tenu à s’exprimer. "Je ne juge pas le fond de l’affaire mais ce que je regrette, c’est le timing choisit par le club de Namur. Pourquoi cette réclamation n’est-elle pas intervenue plus tôt? Même s’il y avait des déçus, tout le monde était d’accord pour acter les montants et les descendants. Malheureusement, entretemps, l’affaire Waasland-Beveren est passée par là et ça a donné des idées à certains", explique le président du CP.

Un homme qui n’ose imaginer ce qu’il se passerait si l’idée namuroise devait aller au bout. "Si c’est le cas, nous devrons revoir les séries et les calendriers et donc retarder encore le début des championnats. Va-t-on devoir commencer en décembre? Et que fera-t-on si l’hiver n’est pas clément? Et puis ce nouveau report fragiliserait encore plus certains clubs qui n’ont pas besoin de ça. Ce n’est dans l’intérêt de personne de retarder le début du championnat."