Brabant Wallon

Le staff de Wavre Sports a une nouvelle fois été déçu de son groupe.

Frustration, énervement, vive tension puis échauffourées au coup de sifflet final de Wavre - Symphorinois samedi soir. Car les Macas pensaient tenir une victoire qui les fuyait depuis le 1er septembre dernier. Mais un coup-franc de Gilson dans les arrêts de jeu en décidait autrement. Les locaux avaient pourtant fait le dos rond depuis l’ouverture du score de Mangunza (3e), malgré une très nette domination des hommes de Pascal Buntinx.

"J’ai envie de tout casser. Je suis triste que l’équipe perde deux points comme ça. Nous avons quand même résisté pendant 90 minutes contre un adversaire plus fort que nous, livrait Tibor Balog, le coach wavrien. Mais nous ne pouvons pas nous permettre de faire de telles fautes devant notre rectangle. C’est encore une erreur de jeunesse. Dans ce contexte, c’est impossible de faire des résultats à long terme. Et je tire la sonnette d’alarme depuis la première semaine. Nous pouvons bosser dur. Mais à un moment ou un autre, tu as besoin de qualité."

Les Brabançons ont toutefois fait preuve de beaucoup de solidarité défensive, ce qui constitue une bonne base de travail pour la suite. Mais offensivement, ils auraient dû tuer le match en exploitant mieux certains contres. Avec ce partage, ils restent donc bien englués dans le bas de tableau. "J’ai un peu peur", confiait à son tour Laurent Godelet, le T.2 wavrien. "Je voulais baisser les bras après notre troisième défaite. Mais Tibor m’a dit de continuer. Aujourd’hui j’ai un contrat. Mais ça devient difficile de travailler dans des conditions pareilles. C’est le manque de qualité dans l’effectif qui me dérange le plus. Individuellement, ce n’est pas mauvais. Mais niveau intelligence de jeu, ça ne va pas."

Ce partage intervient après quatre revers consécutifs. Wavre Sports devra se reprendre dès dimanche sur la pelouse de Pays vert (15 h).