Alors que les épreuves de Wavre et de Sart-Dames-Avelines ont été une réussite, certains se plaignent de la fédération.

Le cyclisme est une discipline où l’on aime se flageller… À l’heure où quelques irréductibles organisateurs se mobilisent, en déployant pas mal d’énergie pour relancer un sport en déclin, ils doivent composer avec des rabat-joie, des personnes qui préfèrent se plaindre que d’avancer… et qui sont aussi têtues voire mauvaises dans leur propos que ceux qu’ils critiquent.

Ce week-end avait lieu la "fête" du cyclo-cross en Brabant wallon, avec deux (très) belles épreuves organisées, samedi à Wavre et dimanche à Sart-Dames-Avelines. Une réussite au niveau des parcours, de l’accueil et de la participation avec chaque fois plus de 170 coureurs au départ.

Mais voilà, certains coureurs préfèrent polémiquer sur les files aux inscriptions ainsi que quelques erreurs de classement. La fédération wallonne est pointée du doigt. Une situation qui désespère le responsable du challenge, David Hottias. 

"Le but était de faire la promotion du cyclocross dans nos régions (Namur, Brabant wallon) et ce que je remarque, c’est qu’il n’y a que des critiques (FCWB, classements, file d’attente…). Cela commence à devenir lourd. On fait cela pour les coureurs. Je sais que la fédération a fait des bourdes, mais cela arrive à tout le monde, c’est humain. Si cela continue, il n’y aura plus de classement diffusé." Voilà de quoi remettre en place les habituels râleurs qui, une fois qu’il leur est proposé d’inverser les rôles, d’organiser ou d’arbitrer, sont bien entendu aux abonnés absents.

Heureusement, certains coureurs plus sages sont également là pour soutenir les organisateurs. "Je pense que les critiques, quand elles sont constructives et formulées de manière courtoise et respectueuse, sont toujours bonnes à prendre en compte. J’avoue aussi que ce temps d’attente dans la file est très pénible. À côté de ça, je pense que l’arrivée de la ligue sur le challenge a pas mal de bons côtés et donne du crédit à ce beau challenge. De plus, difficile de réellement en vouloir aux personnes de la ligue qui sont présentes les jours de course car je pense qu’elles font réellement le maximum et qu’elles sont là aussi pour notre plaisir de rouler." Et aux esprits chagrins, leur faible rétribution est souvent dépensée sur place !

Les filles à l'honneur

Sur le parking réservé aux équipes, samedi, un espace occupé par la Fédération cycliste Wallonie Bruxelles. Ludivine Henrion a pris la peine de rassembler les féminines wallonnes. "Une bonne occasion de faire des activités avec les filles, de les tenir à l’œil et leur permettre de découvrir différentes disciplines. Et puis, c’est aussi l’opportunité de faire de la détection, et je dois dire que ces différents objectifs sont bien remplis. Et sportivement, à l’image de Juline Delcommune, les filles ont assuré !"