Ce jeudi, au travers d’un communiqué, le bureau exécutif de la RCA des Sports de Nivelles a réagi à la sortie des dirigeants du RCS Nivellois concernant l’état des infrastructures au complexe sportif du Domaine Militaire.

Un communiqué au travers duquel la RCA évoque "un passif financier et des dettes importantes au RCSN". La RCA qui attaque également le club. "Nous souhaitons aussi pouvoir mettre au jour certaines sommes importantes consacrées à l’équipe première du RCSN. Lors des trois dernières saisons, plus de 100.000€ ont ainsi été dépensés pour cette équipe première", avance les autorités qui remettent également en question le timing de la démission de Julien Darquenne. "Nous sommes plus que surpris par l’enchaînement des événements et les mouvements à la tête de ce club."

Autant d’éléments qui ont le ton de faire bondir de colère les désormais ex-dirigeants du RCS Nivellois. "Via ces accusations mensongères et lamentables, la Ville tente de faire diversion pour éviter d’évoquer le problème des infrastructures. S’ils pouvaient mettre autant d’énergie à se concentrer sur l’état des installations que celle mise pour sauver leur opinion publique, peut-être que les jeunes pourraient évoluer dans des conditions décentes", fulmine Julien Darquenne.

Bien décidée à ne pas se laisser faire, l’équipe dirigeante s’est désormais tournée vers un avocat afin de porter l’affaire devant les tribunaux.

Le trésorier, Roger Collard, étant en charge de la gestion financière du RCS Nivellois, a également tenu à réagir aux propos de la RCA. "Devant tant de mensonges sur la situation financière du RCSN, je me devais de réagir car les montants cités quant aux dettes du club sont inventés et cela peut être prouvé. Ces mensonges n’ont qu’un seul but : déstabiliser les membres du club, aussi bien les parents, les formateurs, les joueurs et les bénévoles mais aussi et surtout les repreneurs. Au départ, ce sont les infrastructures, installations désastreuses, l’état des terrains, l’installation d’une nouvelle buvette promise, mais toujours pas commandée et sans aucune avancée, qui était la base du ras-le-bol de notre président, qui réagissait au nom de tous les membres du RCSN et ce sur son compte personnel. Il est aussi à noter que c’est bien Mr Bertrand (qui a joué l’homme) qui a attaqué et cité publiquement (dans tous ses articles) le nom de Julien Darquenne, ce dernier n’ayant jamais prononcé le nom de qui que ce soit dans son message. Les graves accusations fallacieuses, dont est victime le RCSN, seront à l’avenir traitées par voie de justice", nous indique-t-il.