Brabant Wallon

Voyons d'un peu plus près les exploits des joueuses brainoises cette saison.


136

Le nombre de succès collectés par les Castors Braine entre le 17 novembre 2013 (défaite à Namur) et le 21 octobre 2018 (revers à Sint-Katelijne-Waver). Soit presque cinq années de domination outrageante de l’équipe brabançonne sur le championnat. Un record qui va tenir très longtemps à l’échelle belge. Solidement accroché à la salle André Renauld, le blason célébrant les 100 succès en championnat risque, lui aussi, de durer un bon bout de temps. La faute à une compétition belge à plusieurs vitesses : derrière le noyau pro brainois, on trouve celui de Namur. La formation à la sauce malinoise (SKW) arrive à maturité cette saison. De quoi faire douter l’ogre brainois ?

100

En janvier 2018, les Castors l’emportent en championnat sur Willebroek. Rien d’anormal si ce n’est le résultat : 134-34. 100 unités d’écart ! Le genre de rencontre où personne ne s’amuse. L’adversaire n’apprend rien, les Castors et leur public s’ennuient. Le genre de match où le président Platieau regrette de ne pas figurer dans le championnat français. Cette saison, la plus grosse performance offensive des Castors date de novembre avec un score de 115-40 contre le Sparta Laarne. Braine a une moyenne de 92 points marqués pour 52 encaissés en phase classique (soit 22 rencontres de championnat), c’est 90-55 en playoffs.

81

Soit le pourcentage de victoires des Castors lors des phases finales des compétitions belges (la Coupe et le championnat). Vainqueur du championnat en 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018, lauréat de la Coupe en 2014, 2015, 2017 et 2019, Braine ne laisse que des miettes à ses opposants dès lors que les choses sérieuses commencent. Si SKW a mis un terme à la série de victoires brabançonnes en championnat, c’est Namur qui le détracteur favori des Rongeuses lors des apothéoses. En finale de Coupe à Boom en 2016 (avec Delaere dans ses rangs) et en demi-finale à Vilvorde (avec Ortiz dans l’effectif), le club de la capitale wallonne a, à chaque fois, joué un vilain tour à Braine.

6

Le nombre de saisons à Braine de Merike Anderson et Celeste Trahan-Davis. La plus estonienne des Brainoises et la plus californienne des Brabançonnes sont de l’aventure depuis la saison 2013-14. Une fidélité à toute épreuve et un beau gage de confiance. Manon Grzesinski rejoindra les Castors la saison d’après (2014-15). Celeste a re-signé à Braine (à l’image de l’Ukrainienne Malashenko) et attend sa naturalisation. Merike n’a pas encore été prolongée aux Castors et pourrait être tentée par une reconversion dans le 3X3.